BioCouture, des vêtements compostables en cellulose bactérienne

Article publié le 23/05/2016 - Mode - Écoresponsables - Circuits alternatifs

Avec BioCouture, la styliste Suzanne Lee entend révolutionner l'industrie textile en créant des vêtements naturels et compostables fabriqués à partir d'une fibre d'origine, non pas végétale ou animale, mais bactérienne.

Pour réduire drastiquement le volume d'eau consommé par l'industrie textile, tout en faisant l'impasse sur les composés chimiques ou pétrochimiques utilisés dans le traitement des fibres et des teintures, la styliste Suzanne Lee a développé un concept qui pourrait révolutionner les procédés de fabrication de nos vêtements et tissus.

Ainsi, la fibre obtenue par la styliste n'est pas d'origine végétale, à la différence du coton, du lin ou du chanvre, ne demandant alors aucune surface cultivable pour obtenir cette matière première ni d'utiliser des ressources naturelles. Contrairement à la soie, à la laine ou au velours, elle n'est pas non plus d'origine animale, ce qui devrait ravir les personnes véganes. En effet, les vêtements confectionnés par Suzanne Lee sont entièrement naturels, compostables et d'origine bactérienne

Apporter des solutions écologiques à l'industrie textile

Durant l'écriture de son premier livre sur le futur de la mode et de l'industrie textile, Suzanne Lee rencontre ainsi le biologiste David Hepworth qui va alors influencer ses recherches et la création du projet BioCouture. Pour obtenir sa fibre textile, la styliste utilise une solution composée de bactéries et de levures qu'elle plonge dans un bain de thé vert additionné de sucre. Ainsi, les bactéries consomment cette solution sucrée pour créer des couches successives de fibres de cellulose bactérienne

Après plusieurs jours de fermentation, elle peut ainsi retirer une masse de fibres pouvant être modelée, découpée ou cousue. Très fine et transparente, la matière ainsi obtenue ressemble fortement à du cuir non traité et peut être teintée grâce à des procédés de teintures naturelles, à l'instar de ceux développés par Caroline Fourré qui utilise des épluchures de légumes pour teinter les vêtements de sa marque Local Colours. De son côté, Suzanne Lee réutilise également l'indigo naturel, connu pour ses propriétés antibactériennes et donnant à la cellulose bactérienne des airs de blue-jeans. 

Seule ombre au tableau actuellement : le pouvoir absorbant de cette matière. Car si les vêtements de Suzanne Lee peuvent finir leur parcours dans le compost afin de se dégrader progressivement et totalement, ils sont aussi susceptibles de se dégrader au contact de l'eau ou de la sueur de la personne les portant. Le prochain défi est donc de rendre cette fibre bactérienne hydrophobe afin que les vêtements puissent être portés, quelle que soit la météo

Loin d'être le seul à penser un futur responsable pour l'industrie textile, ce projet entre dans la ligne de développement de marque telle que Piñatex, recyclant les déchets des culture d'ananas pour les transformer en cuir végétal

* Images extraites de la vidéo

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2017-05-19 16:30:09
Primark et la France, une histoire d'amour
Primark est une enseigne irlandaise spécialisée dans la mode low-cost. Possédant environ une dizaine de magasins sur le territoire national, elle emploie aujourd'hui plus de 4000 salariés.
2017-05-15 11:50:45
Spartoo accroît son chiffre d’affaires e-commerce grâce à ses boutiques
L’économie vit une époque où tous les commerçants se tournent vers la vente en ligne. Mais voici un cas rare ; l’exemple d’un pure Player, spécialiste du e-commerce qui se démarque et choisit de faire chemin inverse, en misant sur l’ouverture de magasins.
2017-05-12 13:56:43
Garçons Français mise de plus en plus sur de la vente en boutique
La belle histoire de Garçons Français se situe à contre-pied de la tendance actuelle, et incarne pourtant un destin propre à de nouvelles jeunes marques : passer de la vente en ligne exclusive à une présence physique de plus en plus importante.
2017-05-10 12:04:40
Une fillette écrit à GAP pour demander la fin des rayons séparés
La chaîne de magasins Gap ne l’avait visiblement pas compris, les filles sont des « princes » comme les autres ! Cette erreur de jugement sera bientôt corrigée, grâce à Alice Jacob.