Dattes : la fausse rumeur sur le virus colonat

Article publié le 04/07/2014 - Alimentation/Boisson

Quelques jours après le début du ramadan, un faux message du gouvernement a circulé informant les consommateurs de la présence du virus colonat dans les dattes. Ce virus n'ayant jamais existé, il n'y a aucun risque de contamination.

Produit phare et faisant partie des rites pour rompre le jeûne du ramadan, la datte se retrouve sur toutes les tables durant cette période. Aussi, il n'est pas étonnant de voir les réseaux sociaux s'affoler devant un message gouvernemental concernant la contamination des dattes par le virus colonat. Pourtant, aucune information ni alerte n'a été diffusée par les sites de l'Agence française de la sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) ou du ministère de la Santé. Le journal Huffington Post, qui a révélé l'affaire, poste le message transmis par sms et sur les réseaux sociaux:

"Le ministre de la santé et médecin insiste (sic) à informer tous les musulmans à bien laver les dattes car une maladie nommée "colonat" affecte en ce moment les palmiers. Faites passer ce message à tous nos frères et sœurs."  

Le journal précise également que le terme « colonat » a été l'un des plus recherchés sur la page française de Google, jeudi dernier. Toutefois, le virus colonat n'existe pas et n'a jamais existé. En revanche, l'encyclopédie Larousse donne une autre définition plus historique de ce mot :

« État de colon.

Sous le Haut-Empire les colons sont des paysans libres, liés par contrat, et qui exploitent les grands domaines impériaux (saltus) d'Afrique ou d'Asie.

Au Bas-Empire, la condition de colon sur les domaines de l'empereur ou de grands propriétaires tend à devenir héréditaire. Le colon n'a plus le droit de quitter la terre qu'il cultive et il verse une redevance en argent ou en nature à son maître à qui il doit en outre des corvées ».

Recrudescence du coronavirus

Par ailleurs, l'Arabie Saoudite se retrouve actuellement face à une réelle épidémie de coronavirus, ayant déjà fait 300 morts. Il s'attaque aux systèmes digestifs et respiratoires des oiseaux et des mammifères, dont les humains. Il se transmet par contact avec une personne ou un animal contagieux, par la toux ou les postillons. De même, la majorité des cas en dehors de l'Arabie saoudite étaient des personnes ayant effectué un séjour récemment dans cette région du monde. 

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2017-01-18 15:07:02
Les eaux No & More en exclusivité chez Monoprix
Monoprix va intégrer à son rayon boissons, trois références d’eaux de source aromatisées de la marque anglaise No&More. La bonne nouvelle, c’est qu’elles sont naturelles, sans sucre, sans colorant et sans conservateur.
2017-01-12 15:22:17
10-Vins, la machine "Nespresso" dédiée au vin
Inspirée des machines automatiques à capsules de café, la 10-Vins distribue du vin au verre dans des conditions de température et d'oxygénation optimales. Le concept a séduit les hôteliers de luxe lors du CES 2017.
2017-01-05 11:44:20
L'idée farfelue de la semaine : une bière pour la douche
Et pourquoi pas, puisque ces messieurs sont apparemment nombreux à apprécier une bière tout en prenant leur douche. Autant faire les choses comme il faut : des Suédois viennent de lancer Shower Beer, une bière spécialement conçue pour cet usage.
2017-01-04 11:31:34
Algama : le considérable potentiel alimentaire des microalgues
La population de la planète augmente et, avec elle, les besoins en alimentation. A l'inverse, les ressources de la Terre s'amenuisent. Sans parler de la dégradation de l'environnement. La start-up Algama voit pourtant notre salut dans les microalgues.