Des arômes d'origine animale dans les légumes Bonduelle

Article publié le 21/05/2015 - Alimentation/Boisson

N'ayant pas enfreint les lois sur l'étiquetage, Bonduelle se retrouve toutefois au cœur d'un malaise. L'utilisation d'arômes d'origine animale aurait-elle dû être stipulée, notamment dans des conserves de légumes semblant ne pas avoir été cuisinés ?

Que peut bien cacher la mention "arômes" présente sur bon nombre d'étiquettes de produits de grande consommation ? Arômes naturels, synthétiques, d'origine végétale ou animale, ces ingrédients ajoutant une note gustative supplémentaire aux plats industriels restent vagues et énigmatiques sur le détail de leur contenu.

Souhaitant en savoir plus sur ceux qui se retrouvent dans les conserves de légumes Bonduelle, un journaliste a eu la surprise de découvrir que les légumes en boîtes de la marque ne conviennent pas tous au régime végétarien. Y aurait-il de la viande dans les flageolets verts Bonduelle ? De la viande, peut-être pas, mais bel et bien des ingrédients d'origine animale. Ayant fait cette confidence en toute transparence, la marque se retrouve désormais face à des clients déçus, en colère voire abusés dans la confiance qu'ils portaient à la marque, comme le reflète la page Facebook de Bonduelle.

Bonduelle a-t-elle abusé de la confiance de ses clients ?

Si la forme des ingrédients issus d'animaux (graisse, bouillons…) n'est pas précisée, elle importe peu aux consommateurs de ces produits, respectant un régime végétarien, végétalien ou restrictif compte tenu de leurs croyances religieuses. Si pour de nombreux consommateurs, la possibilité de retrouver des produits issus de poulets, de poules, de bœufs, de mouton ou de porc dans une conserve n'est pas une évidence, Bonduelle a de son côté souhaité préciser ses activités à l'AFP. Son porte-parole a ainsi appuyé sur le fait qu'elle "commercialise des légumes sous toutes leurs formes et n'a jamais prétendu commercialiser des produits végétariens"

Dans son message sur sa page Facebook, elle lève un second bouclier, à savoir la réglementation française. En effet, la marque assure que "la réglementation en vigueur ne [leur] permet pas d'étiqueter autrement les ingrédients". Toutefois, l'article 2 de la directive 2000/13/CE du Parlement européen concernant l'étiquetage des denrées alimentaires précise, quant à lui, que l'étiquetage ne doit pas " être de nature à induire l'acheteur en erreur notamment sur les caractéristiques de la denrée alimentaire et sur […] la composition ". De même, l'article 7 indique que la quantité d'une catégorie d'ingrédients doit être notée sur l'étiquette d'un produit si cette information est essentielle pour " la distinguer des produits avec lesquels elle pourrait être confondue en raison de sa dénomination "

Autrement dit, la dénomination « arômes » pouvant à la fois faire référence à un ingrédient d'origine végétale ou animale, le dernier cas aurait pu être précisé par Bonduelle, pour ne pas induire le client en erreur. 

Des conserves de légumes « nature » contenant des arômes

Sur Facebook, le porte-parole de la marque précise toutefois ces arômes sont présents à moins de 0,5 % dans une vingtaine des 300 produits fabriqués par Bonduelle. Il renforce son argumentaire en présentant les 3 gammes de la marque, affirmant que seules " les préparations culinaires à base de légumes légèrement cuisinés " sont concernées. N'ayant ajouté qu'une simple annotation aux descriptions produits sur son site, la marque ne rend pas les choses faciles pour les clients en quête d'informations. Une sélection de produits, sur son site web, portent désormais la mention " présence d'ingrédients d'origine animale dans la composition d'un arôme de ce produit ", sans plus de précision, à l'exception de certaines conserves.

Parmi les produits incriminés, on retrouve les préparations culinaires suivantes :

  • Bonduelle à Poêler – La Provençale
  • Bonduelle à Poêler – La printanière
  • Bonduelle à Poêler – La Parisienne
  • Bonduelle à Poêler – La champêtre
  • Lentilles façon Petit salé
  • Légumes façon potée
  • Légumes façon potée pot-au-feu
  • Légumes façon couscous
  • Haricots blancs façon cassoulet
  • Champignons à poêler façon normande
  • Champignons à poêler à la moutarde à l'ancienne 
  • La Paysanne (surgelés)

Si des ingrédients d'origine animale sont envisageables dans ces préparations, ce fait semble toutefois moins évident, pour les produits suivants, le dernier contenant du porc par exemple :

  • Haricots verts & haricots blancs
  • Jardinière aux 4 légumes
  • Flageolets verts extra-fins (en boîte et en bocal)
  • Lentilles & carottes 

De ce fait, Bonduelle a annoncé le remplacement des étiquettes prochainement pour satisfaire les clients, une mesure qui deviendra obligatoire, dans tous les cas dès le 1er juillet prochain, avec l'application du décret sur l'étiquetage des allergènes. Par ailleurs, la présence de ces arômes d'origine animale est une question qui peut être transposée au reste du marché des conserves de légumes, dont les marques de distributeurs.  

* Capture d'écran du site Bonduelle

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2017-01-18 15:07:02
Les eaux No & More en exclusivité chez Monoprix
Monoprix va intégrer à son rayon boissons, trois références d’eaux de source aromatisées de la marque anglaise No&More. La bonne nouvelle, c’est qu’elles sont naturelles, sans sucre, sans colorant et sans conservateur.
2017-01-12 15:22:17
10-Vins, la machine "Nespresso" dédiée au vin
Inspirée des machines automatiques à capsules de café, la 10-Vins distribue du vin au verre dans des conditions de température et d'oxygénation optimales. Le concept a séduit les hôteliers de luxe lors du CES 2017.
2017-01-05 11:44:20
L'idée farfelue de la semaine : une bière pour la douche
Et pourquoi pas, puisque ces messieurs sont apparemment nombreux à apprécier une bière tout en prenant leur douche. Autant faire les choses comme il faut : des Suédois viennent de lancer Shower Beer, une bière spécialement conçue pour cet usage.
2017-01-04 11:31:34
Algama : le considérable potentiel alimentaire des microalgues
La population de la planète augmente et, avec elle, les besoins en alimentation. A l'inverse, les ressources de la Terre s'amenuisent. Sans parler de la dégradation de l'environnement. La start-up Algama voit pourtant notre salut dans les microalgues.