Des produits nocifs dans les lingettes pour bébés

Article publié le 23/10/2013 - Santé - Beauté

L'organisme UFC-Que-Choisir vient de révéler une étude concernant les laits et lingettes pour bébés. Il s'avère que les fabricants n'ont toujours pas appliqués les recommandations de l'ANSM et continuent d'y inclure des composants toxiques.

L'organisme de protection des consommateurs UFC-Que-Choisir a révélé les résultats de son test labo, concernant les laits et lingettes pour le corps destinés aux bébés. 

 «UFC-Que-Choisir presse les autorités européenne de renforcer le cadre réglementaire, et dans cette attente, exige des fabricants qu'ils mettent un terme à leur pratique irresponsable en retirant (enfin!) les nombreuses substances dangereuses trouvées dans leur produits», explique l'association dans un communiqué.

L'étude menée sur 26 lingettes et 6 laits destinés au grand public, montre que 94% de ces articles contiennent des produits nocifs tels que des allergènes. De même, 6 marques de lingettes incluent certains parabènes «suspectés d'être des perturbateurs endocriniens». Parmi les enseignes concernées, la liste affiche aussi bien des marques distributeurs (Carrefour Baby, Top Budget-Intermarché...), que des grandes marques (Mixa, Pampers...). Encore plus surprenant, les lingettes Eco de la firme écolo Naty détiennent le record en concentration d'allergènes, «700 fois plus que les concurrents les moins chargés»

Le phénoxyéthanol, déjà banni par l'ANSM

Par ailleurs, le phénoxyéthanol est l'un des composés que l'on ne devrait plus du tout retrouver dans ce type de produits. Et pourtant, il entre dans la composition de près de la moitié des produits testés. En 2012, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait interpellée les autorités et donné des recommandations concernant ce conservateur, largement utilisés dans tous les types de cosmétiques.

Si les risques en tant que perturbateurs endocriniens ne sont pas totalement avérés chez l'homme (mais le sont sur les animaux), une utilisation prolongée pourrait être nocive pour le développement des enfants. Ainsi, le taux de concentration établit à 1% par la Commission européenne est conservé pour les produits destinés aux adultes. Toutefois dans son rapport, l'ANSM recommandait aux fabricants de «ne plus utiliser de phénoxyéthanol dans les produits destinés au siège». De même, sa teneur maximale ne devait pas dépasser 0,4% «pour tous les autres produits destinés aux enfants de moins de 3 ans».

Déjà pointés du doigts en 2012, certaines marques comme Pampers ou Mixa passent outre les recommandations de l'ANSM et se fient à celles données par la législation européenne. Les «soins» Klorane vont même jusqu'à en incorporer le double de la dose recommandée (0,9%), selon l'étude d'UFC.  De même, «seuls deux produits sur 34 sont exemptes des substances recherchées : les lingettes 'Natural Caresse' de Bébé Cadum et le lait de toilette 'Natessance'». 

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2017-01-10 15:53:11
Clinique revisite le mythique Crayola
Il y a quelques années apparaissait une nouvelle lubie chez les blogueuses beauté : se maquiller au Crayola. Déconseillée par le fabricant, la méthode a toutefois inspiré les cosmétiques Clinique pour une mini-gamme de rouges à lèvres façon craie de cire.
2017-01-10 12:03:18
Biotyfull Box, la beauté au naturel livrée chez soi
La start up Biotyfull Box vous propose de recevoir tous les mois un assortiment de produits de beauté naturels 100% Made In France. La livraison est gratuite et sur chaque box, l’économie réalisée est d'au moins 50% par rapport aux "prix magasin".
2017-01-05 16:19:05
FysioPal, le vêtement qui veille à la posture de votre dos
Il y a longtemps, pour garder le dos bien droit, un exercice consistait à marcher avec des livres sur la tête. En 2017, la technologie remplace l'adresse et le sens de l'équilibre : le smart top FysioPal se mettra à vibrer si votre posture est incorrecte.
2017-01-04 11:31:34
Algama : le considérable potentiel alimentaire des microalgues
La population de la planète augmente et, avec elle, les besoins en alimentation. A l'inverse, les ressources de la Terre s'amenuisent. Sans parler de la dégradation de l'environnement. La start-up Algama voit pourtant notre salut dans les microalgues.
Enseignes en relation avec l'article