E.Leclerc proscrit les emballages cancérigènes

Article publié le 16/11/2016 - Santé - Alimentation/Boisson

L'ONG Foodwatch a convaincu le dirigeant des supermarchés E.Leclerc de remplacer les conditionnements potentiellement cancérigènes de ses produits afin d'éliminer le moindre risque. Le distributeur s'est engagé à avoir respecté cette promesse d'ici 2017.

L'alerte remonte au début de cette année : Foodwatch, une ONG de défense des droits des consommateurs, s'est entretenue avec Michel-Edouard Leclerc de la qualité potentiellement dangereuse des emballages de plusieurs produits distribués par l'enseigne, preuves à l'appui. Même si les normes de fabrication de ces emballages sont scrupuleusement respectées, des analyses réalisées par l'association avaient démontré la présence d'hydrocarbures dans des conditionnements fabriqués à partir de carton recyclé, avec le risque de contaminer les aliments.

Le PDG n'avait pas tardé à réagir et a déjà annoncé en septembre dernier avoir contacté, parmi ses fournisseurs de grandes marques, ceux qui sont concernés par ces emballages (soit 200). Selon lui, seulement 10% d'entre eux ont pris le sujet au sérieux. Le Galec (le groupement d'achat E.Leclerc) a donc conclu que la seule façon de préserver la santé des consommateurs était de ne plus référencer les produits "dont les emballages sont sensibles aux migrations des huiles minérales". Les fournisseurs de l'enseigne en seront d'ailleurs notifiés dans le courant de ce mois.

Tous les emballages remplacés d'ici juin 2017

Pour ses produits à marque (Marque Repère, Nos régions ont du talent, Bio Village et €co+), développés par la Scamark pour E.Leclerc, les études de Foodwatch ont révélé 58 références sujettes à caution. 11 d'entre elles ont été finalement écartées à la suite d'analyses complémentaires, 23 ont vu leur emballage remplacé et 4 ont été définitivement supprimées. Restent donc 20 produits à traiter : 6 sont mis hors de cause du fait de la congélation (pizzas, crevettes et gambas). Les 14 autres devront avoir modifié leur conditionnement d'ici juin 2017. Les cahiers des charges ont bien entendu été revus afin d'intégrer définitivement ces nouvelles mesures.

Photos : De quoi je me MEL

Article rédigé par Cécile Lessard
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2017-01-12 15:22:17
10-Vins, la machine "Nespresso" dédiée au vin
Inspirée des machines automatiques à capsules de café, la 10-Vins distribue du vin au verre dans des conditions de température et d'oxygénation optimales. Le concept a séduit les hôteliers de luxe lors du CES 2017.
2017-01-05 16:19:05
FysioPal, le vêtement qui veille à la posture de votre dos
Il y a longtemps, pour garder le dos bien droit, un exercice consistait à marcher avec des livres sur la tête. En 2017, la technologie remplace l'adresse et le sens de l'équilibre : le smart top FysioPal se mettra à vibrer si votre posture est incorrecte.
2017-01-05 11:44:20
L'idée farfelue de la semaine : une bière pour la douche
Et pourquoi pas, puisque ces messieurs sont apparemment nombreux à apprécier une bière tout en prenant leur douche. Autant faire les choses comme il faut : des Suédois viennent de lancer Shower Beer, une bière spécialement conçue pour cet usage.
2017-01-04 11:31:34
Algama : le considérable potentiel alimentaire des microalgues
La population de la planète augmente et, avec elle, les besoins en alimentation. A l'inverse, les ressources de la Terre s'amenuisent. Sans parler de la dégradation de l'environnement. La start-up Algama voit pourtant notre salut dans les microalgues.
Enseignes en relation avec l'article