Entre 100 et 300 euros de plus par mois pour consommer français

Article publié le 21/08/2013 - Tendances Commerciales

L’étude «(Not) Made in France» publiée par le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) se penche sur le surcoût pour un ménage souhaitant consommer exclusivement des articles produits en France.

Charlotte Emlinger et Lionel Fontagné se sont penché sur le «surcoût potentiel à acheter français», dans le rapport «(Not) Made in France» publié par le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII). Mais, calculer la probable différence de prix «pour remplacer les importations par une production française n’est pas aisé» et de nombreux paramètres sont à prendre en compte. 

«Nous devons définir une liste de produits de consommation finale, délimiter le périmètre des pays de délocalisation et enfin, mesurer le commerce à un niveau suffisamment fin pour observer ces flux et surtout les prix y étant associés». Ainsi, les articles sont distingués selon leur utilisation et un système de classification européen. «Une machine de chantier sera un bien d’investissement et un maillot de bain un bien de consommation». Dans le cas de cette étude, ce sont les biens de consommation qui sont étudiés ainsi que leur éventuel surcoût pour les consommateurs français.

Made in France et mondialisation

Parmi les produits importés dont le surcoût serait le plus élevé s’ils étaient fabriqués en France, on retrouve en première place, la maroquinerie et plus particulièrement les sacs. Suivent de près le petit matériel électrique (hors produits blancs) puis les vêtements (hors bonneterie). En 2010, le surcoût d’une consommation made in France aurait été compris entre 1270 et 3770 euros, «potentiellement de 100 à 300 euros par ménage et par mois».

Ces articles importés ont une influence sur la possibilité pour les consommateurs français de remplacer régulièrement leurs appareils. Représentant seulement un quart des importations, ce type d’articles importés «jouent un rôle décisif en matière de pouvoir d’achat». En cas de relocalisation des productions en France, «les ménages ne pourraient pas avoir le même panier de consommation (biens et services) qu’en présence d’importations».

«La pression des consommateurs, notamment au travers du travail des ONG, ou les pratiques responsables des distributeurs doivent permettre d’améliorer sensiblement les conditions de travail, sans annuler les écarts de prix, pour mieux partager les gains de la mondialisation. C’est tout l’enjeu de la consommation responsable, qui ne se confond pas avec un Made in».

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2016-11-25 11:25:42
Mesdames, choisissez votre calendrier de l'avent !
Parce qu’il n’y a pas d’âge pour se faire plaisir et que les femmes adorent les surprises, les calendriers de l’avent ne sont plus réservés aux enfants. Maquillage, soins, accessoires, parfums...Laissez-vous tenter par une édition 2016 “spécial beauté”.
2016-11-18 12:34:12
Après la Nintendo Nes, le retour de la Sega Mega Drive
30 ans après l’originale, la Mega Drive va de nouveau être commercialisée, en deux versions, classique et mini, avec 80 jeux Sega cultes. La compétition entre les pro Sega et les pro Nintendo est relancée. Que le meilleur gagne !
2016-10-25 09:29:31
Mim présente sa collection sweats d’automne
Le sweat n’est plus réservé aux sportifs et se décline dans toutes les couleurs et les textures en affichant des imprimés fantaisie ou des messages personnalisés. Pour sa nouvelle collection, Mim donne l’embarras du choix en lançant son bar à sweats.
2016-10-04 11:14:41
SUV, stars du mondial de l'automobile
Jusqu’au 16 octobre, les constructeurs automobiles de la planète se sont donnés rendez-vous à Paris pour présenter leurs nouveautés et cette année, les véhicules SUV sont placés sur le devant de la scène.