L'alternative au gaspillage alimentaire des supermarchés Sainsbury's

Article publié le 09/10/2014 - Écoresponsables

La société Sainsbury's teste un système pour éliminer à 100% le gaspillage alimentaire d'un de ses supermarchés. Après avoir fait don d'une part des denrées alimentaires, le reste est recyclé pour couvrir les besoins énergétiques du magasin.

Le gaspillage alimentaire est au cœur des problématiques environnementales majeures et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met l'accent sur la nécessité urgente de trouver des solutions. Selon un récent article de l'institution mondiale, « l'ensemble des coûts économiques, environnementaux et sociaux du gaspillage alimentaire s'élève approximativement à 2 600 milliards de dollars par an », soit environ 2 037 milliards d'euros. 

Il est à préciser que ces chiffres ne tiennent pas compte d'autres paramètres non quantifiables comme la valeur des poissons rejetés, « l'augmentation des prix des denrées alimentaires en raison de la baisse de l'offre » ou encore « la perte de la biodiversité des pâturages ».

Aussi, de nouvelles initiatives continuent de se développer en marge de la sensibilisation des populations à ces problématiques. De leur côté, certaines entreprises commencent également à investir des moyens pour rendre leur activité plus responsable, en suivant les recommandations de la FAO. Ainsi, la chaîne anglaise de supermarchés Sainsbury's expérimente actuellement un système, qui pourrait permettre à son supermarché de Cannock de réduire sa part de gaspillage alimentaire à néant.

Épuiser les invendus via divers circuits

Le dispositif testé dans ce magasin consiste, dans un premier temps, à baisser les prix des denrées périssables en fin de journée. Ainsi, les clients profitent de prix plus avantageux et réduisent déjà la part des invendus. Une fois le magasin fermé, les produits alimentaires dont la DLC est proche sont triés, ceux pouvant encore être consommés sans danger étant donnés à des associations caritatives, en vue d'une redistribution.

Après ces deux étapes, il reste encore une part importante de denrées alimentaires qui souvent finissent alors à la benne. Sainsbury's se distingue alors d'une grande majorité de ses concurrents en donnant celles consommables par les animaux, aux agriculteurs et aux parcs animaliers. Mais l'aventure des déchets alimentaires ne s'arrête pas là. Ceux n'ayant pas encore trouvé de repreneurs faute de pouvoir être bon à la consommation sont destinés à devenir de l'énergie pour le magasin en lui-même.

La méthanisation, une solution agricole aux multiples possibilités

En effet, le groupe Sainsbury's a signé un partenariat avec des associations caritatives mais également avec la société Biffa, spécialisée dans le recyclage des déchets et la méthanisation. Ce procédé, déjà utilisé par bon nombre d'agriculteurs, joue sur la dégradation des déchets organiques pour produire du biogaz et de l'électricité. Appelée aussi digestion anaérobie, cette méthode consiste à brasser ces déchets dans une grande cuve, en l'absence d'oxygène. D'une part source d'énergie, ce procédé a aussi un fort impact environnemental, évitant les émissions de méthane, responsables partiels du réchauffement climatique.

Ainsi, les camions de livraisons de Sainsbury's profitent de leurs livraisons dans les différents magasins du pays pour récupérer tous les déchets alimentaires, ne pouvant faire l'objet d'un don, et les ramener au dépôt principal. Les camions de Biffa récupèrent le tout à un seul endroit centralisé, réduisant les émissions de gaz à effet de serre. L'énergie produite sur le site de Biffa voyage ensuite jusqu'au magasin Sainsbury's de Cannock, via un câble électrique de 1,5 kilomètre. Ainsi, le magasin est totalement autonome énergiquement. Et ce que la grande surface ne consomme pas énergiquement se retrouve sur le réseau électrique de la ville. 

Deux magasins « Triple Zéro »

Le groupe Sainsbury's n'en est pas à son coup d'essai pour réduire son impact environnemental. En 2013, la société avait d'ores et déjà ouvert deux magasins, dits « Triple Zéro ». Ceux-ci visent à réduire leur empreinte carbone en améliorant les équipements (réfrigérateurs, congélateurs, éclairages...) ou encore en installant des sources d'énergie alternatives comme des panneaux photovoltaïques. Ces grandes surfaces travaillent également sur le gaspillage alimentaire et sur une utilisation plus responsable de l'eau.

Avec ce type de processus, la chaîne de supermarchés est déjà à l'origine d'une production énergétique équivalente à celle de 2 500 foyers anglais par an.

* Image extraite du site Sainsbury's 

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2016-12-02 10:28:58
Offrez un cadeau solidaire pour Noel
Cette année faites plaisir à vos proches en achetant utile. La boutique du Téléthon a ouvert ses portes et propose des cadeaux pour toute la famille, afin de récolter un maximum d’argent pour la recherche médicale et les personnes atteintes de myopathies.
2016-11-29 11:11:28
Les coupes menstruelles plus sûres que les tampons hygiéniques
Tandis que les tampons et serviettes sont de plus en plus boudés par la gent féminine en raison de leur composition douteuse et de leurs potentiels risques sur la santé, la coupe menstruelle se présente comme une alternative saine et écologique.
2016-11-15 10:02:35
Sauver la barrière de Corail en buvant de la bière
Pour permettre à tout un chacun de participer à la sauvegarde de la barrière de corail, la Good Beer Company lance la bière “Great Barrier Beer”, destinée à financer les programmes de protection de ce joyau du pacifique, plus que jamais menacé.
2016-11-14 12:34:40
La Louve, le premier supermarché coopératif parisien
Inspiré de l'incroyable réussite d'un projet mis en place aux Etat-Unis il y a déjà plus de 40 ans, La Louve, le tout premier supermarché coopératif et participatif parisien, ouvrira ses portes cet automne dans le 18ème arrondissement.