La marque de thon Leclerc, dernière du classement Greenpeace

Article publié le 06/10/2015 - Écoresponsables - Alimentation/Boisson

Parmi les principales marques de thon vendues en France, certaines réduisent dangereusement les stocks de poissons. D'autres appliquent des méthodes de pêche durable. Selon les critères de Greenpeace, Système U serait ainsi en tête du classement de 2015.

Depuis l'année dernière, Greenpeace se penche sur le sort des thons, avant qu'ils ne finissent en conserves dans les supermarchés, et classe les principaux distributeurs en France, selon les réponses que ceux-ci ont apporté à l'enquête menée par l'ONG. Si la quasi-totalité s'y est prêtée, la direction de Leclerc a été la seule contactée ayant simplemnt refusé de répondre aux questions de l'ONG de protection de l'environnement. Faute de transparence, l'enseigne se retrouve donc à la dernière place du classement, comme en 2014. Quant aux autres marques, représentant à elles seules 75 % du marché français, elles ont été classées selon leur politique et leurs actions respectueuses, ou non, de l'environnement. 

Des espèces de thon surexploitées et des stocks fragilisés

Consommées aux quatre coins de la planète, certaines espèces de thon sont menacées par la surpêche, notamment le thon albacore provenant de l'océan Atlantique, le plus consommé par les Français. Les lieux de provenance des thons utilisés dans les boîtes de conserve du marché français ont donc été observés, selon les critères de notation de Greenpeace. Et les bons élèves se font rares. Parmi eux, Système U. L'entreprise utilise aujourd'hui le thon listao pour 97 % de ses produits. Bien que très pêché, ce poisson également appelé thon rose ou bonite à ventre rayé n'est pas surpêché. De même, Carrefour a drastiquement délaissé le thon albacore provenant de l'Atlantique, son utilisation étant passé de 20 à 2 %. 

À l'inverse, Casino se fournit à plus de 50 % en thon albacore venant de l'Atlantique, quand 70 % des boîtes de thon Auchan sont issus de stocks surexploités ou en voie de l'être, selon Greenpeace. En bonne voie, Saupiquet se fournit aussi bien en thon albacore (40%) qu'en thon listao (40 %). 

Outre la provenance et l'espèce de thon utilisée pour être mise en boîte, Greenpeace s'est aussi penchée sur les méthodes de pêche pratiquées par les enseignes ou leurs fournisseurs. Car s'il existe différentes techniques, certaines sont décriées par l'ONG, mettant en péril les écosystèmes marins. Les marques héritant d'une bonne note sont donc celles privilégiant la pêche à la canne, méthode considérée comme étant la plus durable. Elle permet en effet de sélectionner les espèces pêchées et de rejeter à l'eau les poissons les plus jeunes. La pêche à la traîne et la pêche à la senne sont elles aussi tolérées, la première consistant à traîner plusieurs lignes à l'arrière du bateau quand la seconde encercle les poissons avec un filet, à la surface de l'eau.

Ainsi, 68 % du thon Système U est pêché à la canne, quand Phare d'Eckmühl reste la seule enseigne en France à commercialiser uniquement du thon pêché à la canne. De son côté, Carrefour précise depuis peu cette information sur une partie de ses boîtes de thon, sans généraliser la pêche à la canne pour la totalité de ses produits. Mais le classement de Greenpeace n'est pas fait uniquement de bons élèves et l'ONG insiste sur l'utilisation désastreuse des dispositifs de concentration de poissons (DCP).  

L'écosystème marin mis à mal par les DCP

Lorsqu'un tronc d'arbre flotte dans l'eau, les organismes marins tels que les algues ou les alevins l'investissent, attirant ainsi d'autres poissons. Si cette technique est utilisée dans la pêche traditionnelle en repérant les végétaux susceptibles d'avoir attiré les animaux marins, les industrielles ont quant à eux poussé ce système en disposant des sortes de flotteurs remplissant le même office. L'écosystème recréé autour de ces balises, il ne reste aux pêcheurs qu'à lever les filets lors de pêche à la senne ou à la traîne. Depuis 1981, 453 DCP ont ainsi été déployés le long des côtes de la Polynésie française, selon la Direction des ressources marines et minières. En 2015, 8 autres dispositifs sont venir grossir la flotte préexistante. Si ces systèmes permettent de pêcher de gros volumes de thons, ces poissons ne sont pas les seuls à être remontés. Dans les filets, requins, tortues et petits poissons sont remontés avant d'être rejetés par-dessus bord, après un premier tri.  

Parmi les marques utilisant des DCP pour fabriquer leurs produits, Petit Navire reste la plus fustigée par Greenpeace, bien que des enseignes comme Casino, Auchan, Saupiquet et Intermarché soient friands de ce type de pêche. La raison ? Petit Navire, numéro 1 en France du thon en boîte, est une marque appartenant au leader mondial Thaï Union dont les méthodes peu soucieuses de l'environnement sont destructrice au vu des volumes pêchés. Par ailleurs, Greenpeace souligne également le travail forcé voire l'esclavage entourant la production de certains produits transformés du groupe thaïlandais. 

* Image extraite du site Greenpeace France

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2016-12-02 10:28:58
Offrez un cadeau solidaire pour Noel
Cette année faites plaisir à vos proches en achetant utile. La boutique du Téléthon a ouvert ses portes et propose des cadeaux pour toute la famille, afin de récolter un maximum d’argent pour la recherche médicale et les personnes atteintes de myopathies.
2016-11-30 11:27:51
naturéO ouvre aujourd'hui son 30ème magasin
Cette chaîne de supermarchés bio originale n'a pas 10 ans et pourtant, elle dépose tranquillement ses points de vente les uns après les autres. En ce mercredi 30 novembre, naturéO inaugure son 30ème magasin à Chanteloup-en-Brie, en Seine-et-Marne.
2016-11-29 11:11:28
Les coupes menstruelles plus sûres que les tampons hygiéniques
Tandis que les tampons et serviettes sont de plus en plus boudés par la gent féminine en raison de leur composition douteuse et de leurs potentiels risques sur la santé, la coupe menstruelle se présente comme une alternative saine et écologique.
2016-11-28 11:34:23
La Popote Ambulante d'Intermarché
Depuis le 15 novembre et pour encore trois bonnes semaines, une camionnette orange sillonne les rues de Paris et de sa proche banlieue : c'est la Popote Ambulante d'Intermarché, le tout premier Food Truck du Producteur-Commerçant.
Enseignes en relation avec l'article