La vente en ligne de médicaments sans ordonnance autorisée dès juillet

Article publié le 26/06/2013 - Santé - E-commerce

A partir du 12 juillet, les médicaments délivrés sans ordonnance pourront être commercialisés sur internet. Toutefois, la réglementation qui entrera en vigueur est stricte, et vise à maintenir les pharmacies existantes et la sécurité des patients.

La France était en retard sur ses voisins européens concernant la commercialisation de médicaments sur internet. Mais c’était sans compter l’arrêté relatif aux pratiques de dispensation électronique de médicaments, publié dimanche au Journal Officiel. En effet, dès le 12 juillet prochain, les pharmacies françaises vont pouvoir se doter d’un site internet afin de mettre en vente les médicaments dispensés sans ordonnance. Cette plateforme «est considérée comme le prolongement virtuel d’une officine de pharmacie autorisée et ouverte au public».

«Garantir un même niveau de qualité et de sécurité qu’au comptoir» 

La législation prévoit un suivi du patient tel qu’au comptoir de la pharmacie physique auquel est rattaché le site. Ainsi, un compte personnel est mis à disposition de chaque patient, comportant ses précédents achats et conversations avec le pharmacien, ses informations personnelles et un processus de désinscription.

Le pharmacien est tenu de faire un suivi de ses patients sur internet. Il «a la responsabilité de mettre en ligne un questionnaire dans lequel le patient doit renseigner son âge, son poids, son sexe, ses traitements en cours, ses antécédents allergiques et, le cas échéant, son état de grossesse ou d’allaitement». La première commande ne sera délivrée qu’à partir de sa validation de ce dernier par le pharmacien.

D’autre part, la présentation des médicaments devra être très objective, en indiquant le nom complet, les indications thérapeutiques, le nombre de prise, les précautions d’emploi et le prix fixé par l’officine.

Une commercialisation objective et claire

Lors de la commande, la notice devra être affichée et imprimable obligatoirement, afin que le patient la consulte avant la finalisation de celle-ci. De même, «la quantité maximale à délivrer recommandée est conforme à la durée du traitement indiqué». Pour cela, un blocage des quantités sera prévue dans le dispositif. De même, l’officine n’est pas autorisée à exiger un montant minimal d’achat.

Par ailleurs, les médicaments seront directement délivrés par l’officine, soit par livraison ou en se déplaçant en pharmacie pour les récupérer.

Ainsi, 4000 médicaments seront bientôt en ligne sur le site des pharmacies françaises, dans un cadre très stricte où le patient sera correctement informé. «Nous voulons clairement rappeler que le médicament n’est pas un produit comme un autre. Ce n’est pas une marchandise qui peut circuler sans contrôle» expliquait la ministre de la santé Marisol Touraine.  

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2016-12-02 10:28:58
Offrez un cadeau solidaire pour Noel
Cette année faites plaisir à vos proches en achetant utile. La boutique du Téléthon a ouvert ses portes et propose des cadeaux pour toute la famille, afin de récolter un maximum d’argent pour la recherche médicale et les personnes atteintes de myopathies.
2016-11-29 11:11:28
Les coupes menstruelles plus sûres que les tampons hygiéniques
Tandis que les tampons et serviettes sont de plus en plus boudés par la gent féminine en raison de leur composition douteuse et de leurs potentiels risques sur la santé, la coupe menstruelle se présente comme une alternative saine et écologique.
2016-11-22 10:42:10
Les Dash Buttons vont-ils envahir nos maisons ?
Pour faciliter encore plus les achats de ses clients premium, le géant de la vente en ligne Amazon lance des boutons de commande à installer chez soi. En une pression, les abonnés pourront refaire le plein de produits alimentaires, ménagers ou autres.
2016-11-16 11:21:47
E.Leclerc proscrit les emballages cancérigènes
L'ONG Foodwatch a convaincu le dirigeant des supermarchés E.Leclerc de remplacer les conditionnements potentiellement cancérigènes de ses produits afin d'éliminer le moindre risque. Le distributeur s'est engagé à avoir respecté cette promesse d'ici 2017.
Enseignes en relation avec l'article