La vente en ligne de médicaments sans ordonnance autorisée dès juillet

Article publié le 26/06/2013 - Santé - E-commerce

A partir du 12 juillet, les médicaments délivrés sans ordonnance pourront être commercialisés sur internet. Toutefois, la réglementation qui entrera en vigueur est stricte, et vise à maintenir les pharmacies existantes et la sécurité des patients.

La France était en retard sur ses voisins européens concernant la commercialisation de médicaments sur internet. Mais c’était sans compter l’arrêté relatif aux pratiques de dispensation électronique de médicaments, publié dimanche au Journal Officiel. En effet, dès le 12 juillet prochain, les pharmacies françaises vont pouvoir se doter d’un site internet afin de mettre en vente les médicaments dispensés sans ordonnance. Cette plateforme «est considérée comme le prolongement virtuel d’une officine de pharmacie autorisée et ouverte au public».

«Garantir un même niveau de qualité et de sécurité qu’au comptoir» 

La législation prévoit un suivi du patient tel qu’au comptoir de la pharmacie physique auquel est rattaché le site. Ainsi, un compte personnel est mis à disposition de chaque patient, comportant ses précédents achats et conversations avec le pharmacien, ses informations personnelles et un processus de désinscription.

Le pharmacien est tenu de faire un suivi de ses patients sur internet. Il «a la responsabilité de mettre en ligne un questionnaire dans lequel le patient doit renseigner son âge, son poids, son sexe, ses traitements en cours, ses antécédents allergiques et, le cas échéant, son état de grossesse ou d’allaitement». La première commande ne sera délivrée qu’à partir de sa validation de ce dernier par le pharmacien.

D’autre part, la présentation des médicaments devra être très objective, en indiquant le nom complet, les indications thérapeutiques, le nombre de prise, les précautions d’emploi et le prix fixé par l’officine.

Une commercialisation objective et claire

Lors de la commande, la notice devra être affichée et imprimable obligatoirement, afin que le patient la consulte avant la finalisation de celle-ci. De même, «la quantité maximale à délivrer recommandée est conforme à la durée du traitement indiqué». Pour cela, un blocage des quantités sera prévue dans le dispositif. De même, l’officine n’est pas autorisée à exiger un montant minimal d’achat.

Par ailleurs, les médicaments seront directement délivrés par l’officine, soit par livraison ou en se déplaçant en pharmacie pour les récupérer.

Ainsi, 4000 médicaments seront bientôt en ligne sur le site des pharmacies françaises, dans un cadre très stricte où le patient sera correctement informé. «Nous voulons clairement rappeler que le médicament n’est pas un produit comme un autre. Ce n’est pas une marchandise qui peut circuler sans contrôle» expliquait la ministre de la santé Marisol Touraine.  

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2017-01-05 16:19:05
FysioPal, le vêtement qui veille à la posture de votre dos
Il y a longtemps, pour garder le dos bien droit, un exercice consistait à marcher avec des livres sur la tête. En 2017, la technologie remplace l'adresse et le sens de l'équilibre : le smart top FysioPal se mettra à vibrer si votre posture est incorrecte.
2017-01-04 11:31:34
Algama : le considérable potentiel alimentaire des microalgues
La population de la planète augmente et, avec elle, les besoins en alimentation. A l'inverse, les ressources de la Terre s'amenuisent. Sans parler de la dégradation de l'environnement. La start-up Algama voit pourtant notre salut dans les microalgues.
2016-12-28 14:23:04
La gueule de bois vue par Ford
En matière de sécurité routière, la fin de l'année est à la fois l'heure des bilans et une occasion supplémentaire de rappeler les mesures de précautions essentielles. Le constructeur automobile Ford y contribue largement, à sa façon.
2016-12-23 12:28:45
Dream Act, le site pour consommer responsable
Destinée à valoriser l’action sociale, l'écocitoyenneté et la consommation responsable, la plateforme Dream Act commercialise une sélection de produits durables et propose un guide participatif qui géolocalise les initiatives sociales et solidaires.
Enseignes en relation avec l'article