Le troc alimentaire ou comment échanger des crêpes contre des légumes

Article publié le 19/12/2014 - Circuits alternatifs - Alimentation/Boisson

Que ce soit en France ou États-Unis, le troc alimentaire s'organise sur le web. En créant des réunions ou en déposant des annonces, les "food swapers" s'échangent des denrées alimentaires brutes ou cuisinées.

En campagne ou dans les petites villes, la proximité avec les voisins et la possibilité de cultiver ou de produire ses propres aliments a permis au troc alimentaire de naturellement perdurer. Toutefois, le développement de jardins alternatifs dans les milieux urbains et la volonté de se tourner vers des circuits courts et locaux ont entre autres donnés naissance, dans les grandes villes, aux communautés de "food swapers" ("troqueurs alimentaires").

En pleine expansion aux États-Unis, ce mode de commerce alternatif séduit de plus en plus de personnes, recréant des liens sociaux tout en évitant le gaspillage alimentaire. Ainsi, des sites comme Food Swap Network recensent les communautés de troqueurs, chacune pouvant ainsi indiquer la fréquence des réunions, le lieu ou les denrées échangeables. En effet, certaines n'acceptent que les denrées alimentaires, d'autres autorisent aussi les savons ou les soins, à condition qu'ils soient faits maison et à partir de produits naturels. Sorte de mini-marché, ces réunions se déroulent sur le même modèle.

Les trente premières minutes, chaque participant rempli des fiches avec les ingrédients et les informations importantes, pour chacun de ses produits. Les trente suivantes, chacun fait un tour de marché, goûte, discute et note sur la fiche du produit qui l'intéresse, sa proposition d'échange. En revenant sur son propre stand, chacun regarde les propositions qui lui ont été faites et y donne suite, s'il le souhaite. 

Un modèle qui séduit le Royaume-Uni et la France

Débarqué en Angleterre et en Écosse, le food swap a rapidement été adopté. Interviewée par la BBC, Vicky Swift de la communauté angalise de troc alimentaire Apples for Eggs indiquait en 2013 :

" Le truc génial c'est que n'importe qui peut organiser un troc. […] Je cuisinais des choses telles que des pains et des gâteaux, bien plus que ma famille ne pouvait en manger. J'ai aussi une parcelle de terre et à certains moments de l'année, j'avais de véritables surplus. J'ai créé une page Facebook en offrant de troquer de la nourriture et j'ai fait quelques échanges comme ça. Quand je m'y suis intéressée d'un plus près, j'ai découvert Food Swap Network aux États-Unis et les choses ont débuté comme ça ".

De même, des groupes commencent à se former en Allemagne, notamment avec Food Swap Hambourg. Si les initiatives en relation avec le troc sont déjà nombreuses en France, le domaine alimentaire n'est pas des plus touchés. Toutefois, le site Troc Alimentaire amorce le mouvement en proposant aux internautes de déposer des annonces dans leur ville, afin d'échanger leur surplus alimentaire avec d'autres personnes.

* Photo extraite des pages Facebook PDX Food Swap (Portland) et Apples for Eggs

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2016-11-30 11:27:51
naturéO ouvre aujourd'hui son 30ème magasin
Cette chaîne de supermarchés bio originale n'a pas 10 ans et pourtant, elle dépose tranquillement ses points de vente les uns après les autres. En ce mercredi 30 novembre, naturéO inaugure son 30ème magasin à Chanteloup-en-Brie, en Seine-et-Marne.
2016-11-28 11:34:23
La Popote Ambulante d'Intermarché
Depuis le 15 novembre et pour encore trois bonnes semaines, une camionnette orange sillonne les rues de Paris et de sa proche banlieue : c'est la Popote Ambulante d'Intermarché, le tout premier Food Truck du Producteur-Commerçant.
2016-11-24 15:46:37
QuiToque livre des panier-recettes à domicile
Des produits frais et tous les ingrédients nécessaires pour cuisiner des plats équilibrés pour deux ou toute la famille, livrés à domicile chaque semaine. C’est ce que vous propose l’application QuiToque, qui fonctionne partout en France.
2016-11-23 12:14:04
BonApp, le mouvement anti-gaspi Canadien
Au cours de ses études en développement durable à l'HEC de Montréal, Geneviève Rousseau prend brutalement conscience de l'étendue du gaspillage alimentaire et de ses conséquences. Cette révélation est le point de départ de BonApp, sa start-up anti-gaspi.