Manger des pâtes pourrait-il devenir un luxe ?

Article publié le 16/10/2014 - Alimentation/Boisson

Conséquence de mauvaises récoltes, le prix du blé a doublé en un an laissant les professionnels du secteur inquiets. Au-delà du prix du pain, de la semoule ou des pâtes qui pourraient fortement augmenter, ces denrées pourraient se faire plus rares.

Si les pâtes et le pain font partie des aliments fortement consommés en France, il se pourraient qu'ils se fassent plus rares dans les rayonnages des magasins, dans les prochains mois. En effet, les récoltes de blé tendre et de blé dur n'ont pas été très fructueuses cette année, baissant considérablement les volumes exploitables pour la fabrication des pâtes de qualité supérieure mais aussi les farines ou la semoule. 

Selon un communiqué du Syndicat des industriels fabricants de pâtes alimentaires de France (SIFPAF) et du Comité français de la semoulerie industrielle (CFSI), la production européenne aurait subi « une baisse de 1 million de tonnes de blé dur » en 2014. Si en France la baisse se chiffre à 38%, le problème ne fait que s'envenimer au vu d'une « très mauvaise récolte au Canada, premier exportateur mondial de blé dur de qualité ». 

Une baisse de qualité et une hausse du prix du blé  

Par conséquent, le prix du blé a tout simplement doublé en moins d'un an. De même, la qualité nécessaire pour la fabrication de produits alimentaires destinés à la consommation humaine a largement baissé, « rendant inapte à la production de pâtes plus d'un tiers de la récolte française ». Aussi, le surplus non transformable a été transformé en nourriture animalière mais laisse un vaste gouffre dans les volumes de production escomptées, aussi bien par les six fabricants de pâtes français que par les consommateurs.

De ce fait, les professionnels du secteur tirent la sonnette d'alarme et attendent un plan d'action de la part du gouvernement, ne pouvant supporter à eux seuls les coûts de cette baisse de production. Les deux principaux syndicats précisent d'ailleurs que le problème est d'autant plus grave que « le prix de revient d'une pâte alimentaire de qualité supérieure est constitué à 75 % du prix du blé dur ». S'il n'est pas impossible que cela se répercute sur les tickets de caisse des consommateurs, il est fort probable que la présence des produits majoritairement composés de blé baisse en magasin. 

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2017-01-18 15:07:02
Les eaux No & More en exclusivité chez Monoprix
Monoprix va intégrer à son rayon boissons, trois références d’eaux de source aromatisées de la marque anglaise No&More. La bonne nouvelle, c’est qu’elles sont naturelles, sans sucre, sans colorant et sans conservateur.
2017-01-12 15:22:17
10-Vins, la machine "Nespresso" dédiée au vin
Inspirée des machines automatiques à capsules de café, la 10-Vins distribue du vin au verre dans des conditions de température et d'oxygénation optimales. Le concept a séduit les hôteliers de luxe lors du CES 2017.
2017-01-05 11:44:20
L'idée farfelue de la semaine : une bière pour la douche
Et pourquoi pas, puisque ces messieurs sont apparemment nombreux à apprécier une bière tout en prenant leur douche. Autant faire les choses comme il faut : des Suédois viennent de lancer Shower Beer, une bière spécialement conçue pour cet usage.
2017-01-04 11:31:34
Algama : le considérable potentiel alimentaire des microalgues
La population de la planète augmente et, avec elle, les besoins en alimentation. A l'inverse, les ressources de la Terre s'amenuisent. Sans parler de la dégradation de l'environnement. La start-up Algama voit pourtant notre salut dans les microalgues.