Qu'est ce qu'une franchise ?

Article publié le 14/11/2016 - Franchise

Si la franchise est l'un des nombreux modes de développement du commerce organisé, elle est aussi le plus répandu d'entre eux, avec ses avantages et ses inconvénients. Il convient donc de tenir compte de plusieurs éléments avant de faire son choix.

Fréquemment utilisée dans le commerce organisé, la franchise lie par contrat un franchiseur qui concèdera au franchisé, contre une rémunération (droit d'entrée et redevances sur le chiffre d'affaire), l'exploitation temporaire et conforme d'une marque et d'un savoir-faire "secret, substantiel et identifié". Le franchiseur a l'obligation d'assurer le transfert de savoir-faire au franchisé et de lui délivrer une assistance permanente. Dans tous les cas, le franchisé demeure indépendant financièrement et juridiquement.

Il existe trois types de franchises :

  • La franchise de distribution est le modèle de plus fréquent. Le franchisé commercialise, dans un magasin qui lui appartient mais qui est clairement identifié à l'enseigne du franchiseur, les produits de ce dernier.
  • La franchise de service délivre un savoir-faire : l'hôtellerie-restauration, le service à la personne, la location de véhicules. Elle implique généralement une formation aux méthodes du franchiseur.
  • La franchise de production (ou franchise industrielle) implique que le franchisé fabrique lui-même, en totalité ou au moins en partie, les produits de la marque du franchiseur, dans le strict respect du cahier des charges établi par ce dernier.

La franchise elle-même connaît deux variantes supplémentaires :

  • La master franchise, qui attribue à une entreprise locale master-franchisée le droit exclusif de développer, en franchise, une enseigne sur un territoire défini. Ce territoire peut s'identifier en termes de région ou de pays.
  • La micro-franchise, qui est une version plus modeste de la franchise en termes de taille d'exploitation et de capitaux. Elle permet de se lancer avec peu d'argent et se développe le plus souvent dans le domaine du service à la personne (micro-franchise solidaire lancée par l'ADIE en 2011).

Les plus :

  • Un mode complet, testé et éprouvé.
  • Le soutien du franchiseur (et de l'ensemble du réseau) à toutes les étapes de la mise en place du projet puis un accompagnement tout au long de l'exploitation.
  • Une formation initiale et/ou continue, la transmission du savoir-faire et du concept.
  • Les bénéfices de la notoriété d'une marque/entreprise, de l'importance de sa structure et des moyens et outils qu'elle met à disposition du franchisé.
  • L'exclusivité sur un territoire défini.

Les moins :

  • Un droit d'entrée parfois très conséquent.
  • Des coûts supplémentaires inhérents au respect de la charte du concept du franchiseur (emplacement du local, aménagements intérieurs et extérieurs,…).
  • Devoir respecter, sans marge de manœuvre, le cahier des charges lié au concept du franchiseur (installation, stratégie marketing, logistique, communication,…).
  • Dépendre de l'accord du franchiseur en cas de revente.

Exemples de franchises :

 

Article rédigé par Cécile Lessard
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2016-11-29 11:38:37
La Vignery accélère son développement en franchise
Si vous êtes un passionné de vin en quête de création d'entreprise, voici une enseigne qui pourrait vous intéresser : le réseau de cavistes La Vignery, créé en 2005, se développe en franchise depuis un an. Son objectif : tripler le nombre d'implantations.
2016-11-23 15:27:07
Les salons consacrés à la franchise
Les salons professionnels restent des lieux privilégiés pour découvrir, s'informer, nouer des contacts, trouver des idées et recevoir des conseils, particulièrement quand il s'agit d'un domaine aussi complexe que le commerce organisé.
2016-11-23 14:15:56
Le 8ème Salon de la Franchise Virtuel se déroulera le 28 novembre
Imaginé en 2012 par Jérôme Vossot, le Salon de la Franchise Virtuel a la particularité d'être… virtuel. Accessible depuis n'importe quel appareil connecté, il permet de consacrer 100% du temps dédié à la prise de contact entre franchisé et candidat.
2016-11-15 11:25:57
Le cadre juridique du commerce organisé
Le Code de déontologie européen, la loi Doubin, le Document d'Information Préalable et l'article A.441-1 du Code du Commerce sont des éléments déterminants pour qui veut se lancer comme entrepreneur dans le cadre du commerce organisé.