Une partie des invendus des marques de luxe incinérée chaque année

Article publié le 10/09/2013 - Mode

Pour une question d’image, la majorité des marques de luxe ont pour habitude de ne pas solder leurs collections. Aussi, après quelques ventes privées et autres reventes à l’étranger, les articles sont simplement détruits, recyclés ou incinérés.

Une image à tenir

A la fin d’une saison, plusieurs options s’offrent aux commerçants et aux sociétés pour écouler le stock restant : opérations commerciales, soldes, magasins de déstockage... Mais dans le secteur du luxe, ces pratiques sont considérées comme ternissant l’image de la marque. Aussi, il est monnaie courante de faire l’impasse sur ces techniques marketing pour écouler la marchandise. D’un côté, des maisons dont Louis Vuitton s’y opposent totalement. «Nous n’y avons aucun intérêt. Nous n’avons pas d’invendus. Nos produits sont de qualité et demandés, nous n’avons aucune raison de brader le travail de nos ateliers», expliquait la direction il y a quelques années. De l’autre, certaines sociétés de luxe passent par différents circuits surveillés, que sont les ventes privées et les reventes à l’étranger. 

Le concept des ventes privées est très particulier. On parle rarement de soldes dans le secteur du luxe. Aussi, elles sont organisées comme des évènements et non des opérations commerciales. La liste des invités est restreinte, les réductions souvent minimes comparées aux soldes et il faut s’armer de patience car l’attente à l’entrée peut être longue. Il est à noter qu’avant de procéder à des ventes privées, la marchandise est souvent proposée aux employés.  

Concernant les reventes à l’étranger, cela se passe dans des circuits très fermés et les racheteurs sont triés sur le volet. En France, le luxe à prix réduit est encore un concept mal vu quand aux Etats-Unis, les magasins de déstockage de grandes maisons est un secteur très développé. Aussi, les professionnels peinent à négocier le rachat des stocks d’invendus, notamment ceux en partance pour l’incinérateur.

Incinération du surplus

Cependant, les articles invendus par ces différents biais finissent par être détruits comme le démontre un article du magazine Challenges. D’une part, il est parfois plus intéressant pour les enseignes de détruire les produits plutôt que de les revendre. Mais la principal motivation de maisons telles que Chanel, Hermès ou Vuitton reste le contrôle de l’image de marque. Aussi, des stocks entiers d’invendus des collections temporaires sont incinérés chaque année, en toute discrétion. «C’est la solution ultime quand toutes les autres sont épuisées. Hermès a conscience qu’en termes d’image, c’est délicat, mais c’est la seule façon de conserver l’exclusivité de la marque» soulignait un ancien dirigeant de la firme dans le magazine Challenges

Pour éviter d’en arriver à ce stade, les enseignes développent de plus en plus les opérations de revente. Depuis peu, Hermès organise des soldes courtes mais ouvertes à tous. D’autres marques ont, quant à elles, enfin adopté des systèmes de surveillances des ventes de chaque magasin, afin d’optimiser la production et la distribution. 

Article rédigé par Nawal Lyamini
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2017-06-27 11:29:27
Uniqlo va ouvrir à Lyon son 20e magasin en France
La marque d'habillement renommée d'origine japonaise, Uniqlo, ouvrira à l'automne 2017, à Lyon, son vingtième magasin en France.
2017-06-23 14:06:38
Noyoco ouvre une nouvelle boutique dans le Haut Marais
Le concept-store parisien Noyoco lancé en 2014, dans le quartier des Batignolles, où figure notamment sa collection de prêt-à-porter en plus de marques d’accessoires invitées, vient d’ouvrir une seconde boutique dans le Haut Marais.
2017-05-29 09:59:18
Que devient l'enseigne Tati ?
Tati a été créée en 1948 par Jules Ouaki, hommes d'affaires franco-tunisien. Avant-gardiste, cette société est la première à vendre des produits textiles hard-discount en France !
2017-05-19 16:30:09
Primark et la France, une histoire d'amour
Primark est une enseigne irlandaise spécialisée dans la mode low-cost. Possédant environ une dizaine de magasins sur le territoire national, elle emploie aujourd'hui plus de 4000 salariés.