Assurer son téléphone portable


Article publié le vendredi 19 avril 2013


Les assurances mobiles sont proposées automatiquement à l’achat d’un nouveau portable par les opérateurs ou les banques. Pourtant, celles-ci comportent souvent des pièges et sont loin d’être aussi utiles qu’elles ne le paraissent.

Engagement et rétractation

Lors de l’achat du portable en boutique, la souscription à une assurance vol et casse vous est proposée automatiquement par le vendeur. Allant de 3 à 15 euros par mois, selon le modèle, le prix de votre appareil et le niveau de garantie choisis, l’assurance mobile vous engage pour un minimum d’un an.
Pour une souscription sur internet, 14 jours sont laissés au client afin de se rétracter et d’annuler son contrat. Celui-ci est réduit à 7 jours, dans le cas des assurances souscrites auprès d’un organisme bancaire. En magasin, il vous sera impossible de revenir sur votre décision, si ce n’est en réglant les mensualités restantes jusqu’à la fin de l’engagement. Les procédures de rupture sont souvent longues et laborieuses afin de décourager les clients.

Assurance Vol et Casse, les conditions à vérifier

On ne le répétera jamais assez mais, lisez les petites lignes de votre contrat avant toute signature. Toutes les informations primordiales sont à vérifier dans les Conditions Générales de Vente (et non dans les plaquettes commerciales que les vendeurs ou banquiers présentent). Dans le cas de la couverture de votre téléphone portable, il est important de vérifier les clauses suivantes : «Garanties» et «Exclusions de garantie».

Dans la majeure partie des offres, le vol concerne exclusivement les vols par effraction ou avec agression. Ainsi, se faire voler son portable dans son sac au restaurant n’est pas couvert. Au contraire, si vous êtes contraint de céder votre mobile sous la menace ou suite à une agression physique, vous serez indemnisé.
Même chose pour la garantie «Casse». Une grande partie des contrats couvrent la casse par «un évènement extérieur». Cela peut être un arbre qui tombe sur la table où se trouvait l’appareil; un éléphant au zoo, qui l’arrache de vos mains et le jette au sol. Mais infimes sont les assurances qui prévoient la détérioration de l’appareil par son enfant ou par simple chute du téléphone mobile.

Garantie constructeur 

La durée de la garantie constructeur d’un téléphone varie entre un et deux ans. Elle est fournie par le fabriquant du portable et concerne les défauts de fabrication et les dysfonctionnements matériels. Il est à noter que le téléchargement d’une mise à jour logiciel (non validée par votre opérateur ou le constructeur) supprime cette garantie. Par ailleurs, le client dispose d’un délais de deux ans pour signaler un vice caché du produit. 
Attention, l'assurance mobile ne remplace pas la garantie constructeur. Les caractéristiques de cette dernière, sont généralement des exclusions de garantie dans les contrats d'assurances.

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

Bientôt un Samsung Store dans notre capitale

Article publié le 30/08/2012

Bientôt un Samsung Store dans notre capitale

Suite à la décision juridique du Tribunal de San José condamnant, il y a quelques jours, la firme Sud-Coréenne Samsung à verser 1,05 Milliard de $ à son concurrent américain Apple pour violation de brevet, la bataille continue de faire rage entre les deux

Application Casino Max : la mise en place du paiement mobile

Article publié le 06/03/2018

Application Casino Max : la mise en place du paiement mobile

Le monde du commerce et secteur des services est en mutation profonde, à la conquête de l'enrichissement de l’expérience client.

À se faire rapporter du Brésil : une édition spéciale JO du Samsung Galaxy S7 Edge

Article publié le 02/08/2016

À se faire rapporter du Brésil : une édition spéciale JO du Samsung Galaxy S7 Edge

Nous sommes à trois jours du coup d’envoi des Jeux Olympiques, il est donc tout à fait normal de voir apparaître divers produits en éditions spéciales. Samsung n'échappe pas à cette règle, avec son Galaxy S7 Edge Rio 2016.

Acte 2 de l’exception culturelle : vers une taxation des appareils connectés

Article publié le 14/05/2013

Acte 2 de l’exception culturelle : vers une taxation des appareils connectés

Pierre Lescure, en charge de la commission de réflexion sur la loi Hadopi vient de rendre son rapport. Les modifications probables de ce dispositif sont nombreuses et se focalisent autour de la culture et des pratiques numériques.

Assurer son téléphone portable