Le plan d'action de l'UE pour réformer l'agriculture biologique

Le plan d'action de l'UE pour réformer l'agriculture biologique


Article publié le mercredi 28 mai 2014

Écoresponsables Alimentation/Boisson

En mars dernier, la Commission européenne a adopté un nouveau plan d'action concernant l'agriculture biologique dont les principaux axes sont le renforcement de la traçabilité et l'ouverture du marché aux petits producteurs.

En 10 ans, le secteur de l'agriculture biologique a vu son marché quadrupler dans l'Union européenne, menant la Commission européenne à consulter des experts, des acteurs du secteur et des consommateurs (45 000 participants), pour améliorer la production biologique de manière « quantitative et qualitative ». Dans son plan d'action pour 2020 publié en mars dernier, elle fait le bilan de ces réflexions, de l'évolution du marché depuis 1991 et tente d'apporter de nouvelles mesures répondant aux attentes des professionnels et des consommateurs.  

« Le système européen de production biologique et de contrôle de la production biologique a été créé en 1991 pour un marché de niche caractérisé par un nombre modeste de consommateurs et de producteurs. L’évolution récente de la situation de l’offre et de la demande indique qu’il est temps d’adapter et d'améliorer le système de l’Union en matière d’alimentation et d’agriculture biologiques. La consultation publique a montré que les consommateurs européens sont demandeurs d'un niveau d'exigence élevé en ce qui concerne les règles applicables à la production agricole biologique et aux contrôles en la matière ». 

En effet, une infographie publiée par l'institution montre que la superficie consacrée à l'agriculture biologique est passée de 5,6 millions d'hectares par an en 2002 à 9,6 millions d'hectares en 2011. Toutefois, cela ne représente que 5,4% de la superficie agricole utilisée en Europe. Dacian Ciolos commissaire européen chargé de l'agriculture et du développement durable précise tout de même que le chiffre d'affaires de ce secteur atteint « près de 20 milliards d'euros par an ».

Stimuler le développement de l'agriculture biologique

Le développement de ce marché passe avant tout par les acteurs du secteur, avec lesquels l'Union européenne souhaite nouer une relation de confiance, en améliorant la communication sur les règles applicables à l'agriculture biologique, les décisions prises au niveau européen et national, ainsi que les « initiatives en matière de développement rural et de politique agricole européenne qui vise à stimuler l'agriculture biologique ». Par ailleurs, cela concerne aussi bien les producteurs que les transformateurs, les distributeurs ou les détaillants. 

Dans un communiqué, la Commission précise également vouloir « simplifier la législation afin de réduire les coûts administratifs pour les agriculteurs et (…) accroître la transparence », avec des certifications de groupe. Ce dernier point devrait être renforcé par la création d'un système de certifications électroniques, aussi bien pour le marché intérieur que pour les importations. Des dispositions seront aussi prises concernant les exportations en dehors des pays de l'Union européenne. 

Côté consommateur, l'institution prévoit d'améliorer la communication sur les produits issus de l'agriculture biologique et sur le circuit de production. Sa principale préoccupation reste de poser un climat de confiance pour les Européens, en communiquant sur le label bio européen, son logo mais aussi sur les contrôles de qualité. Ces derniers seront d'ailleurs plus nombreux et drastiques afin d'éviter les fraudes sur les labels de qualité.  D'autre part, la Commission souhaite « encourager la consommation de produits issus de l'agriculture biologique, par exemple dans les écoles » ou dans le milieu hospitalier, entre autres en modifiant les législations existantes qui pourraient freiner ce développement, d'ici 2015. 

Des mesures contestées par certaines coopératives

Le règlement adopté par le Parlement européen en parallèle du plan d'action de la Commission prévoit notamment d'interdire les productions mixtes, autrement dit le mélange entre productions biologiques et traditionnelles sur une même exploitation. Si des organisations françaises telles que la Fédération nationale de l'agriculture biologique se réjouissent de ces réformes, d'autres comme Coop de France restent frileux et pensent que cela va fragiliser et ralentir les reconversions dans les exploitations.

* Illustration extraite du site de la Commission européenne 

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

1336, le thé de la revanche sur Lipton

Article publié le 21/07/2015

1336, le thé de la revanche sur Lipton

Après 1336 jours de grève contre la délocalisation de l'usine Lipton de Gémenos, 78 employés ont repris les lieux pour créer la coopérative Scop Ti (ex FraLib) et ses gammes de thés fabriqués en France, avec des produits locaux et naturels.

  • Écoresponsables
  • Alimentation/Boisson
  • Circuits alternatifs
La mention « fait maison » réglementée dans les restaurants

Article publié le 15/07/2014

La mention « fait maison » réglementée dans les restaurants

Entrant en vigueur le 15 juillet, la mention « fait maison » dans la restauration rapide et traditionnelle devrait permettre aux clients de distinguer les divers processus de fabrication, sans pour autant mettre l'accent sur les produits frais.

  • Alimentation/Boisson
Rennes : « La Belle Déchette » ouvre sa deuxième boutique

Article publié le 22/11/2018

Rennes : « La Belle Déchette » ouvre sa deuxième boutique

Dans le cadre de la préservation de l'environnement, les écolos encouragent de plus en plus de personnes aux recyclages. C'est dans ce contexte que la boutique La Belle Déchette a été créée.

  • Concepts de magasins
  • Écoresponsables
Un tee-shirt acheté, des tomates plantées en ville. Merci Raymond !

Article publié le 06/07/2015

Un tee-shirt acheté, des tomates plantées en ville. Merci Raymond !

Et si acheter des tee-shirts faisait pousser des salades sur les toits de Paris ? Convaincue que l'avenir de la planète se joue dans les villes, l'équipe de la marque Merci Raymond crée un cycle, soutenant les acteurs de l'écologie urbaine.

  • Mode
  • Écoresponsables
  • Alimentation/Boisson
  • Circuits alternatifs
Le plan d'action de l'UE pour réformer l'agriculture biologique