Commerçants, vendez en ligne et en click and collect en profitant d'une marketplace sans commission de vente !

Après le scandale de la viande chevaline, la législation change

Après le scandale de la viande chevaline, la législation change


Santé Alimentation/Boisson Tendances Commerciales

Mardi 21 mai s’est tenu une réunion, entre des représentants du gouvernement et les professionnels de la filière «viande», concernant la qualité et la traçabilité des produits préparés à base de viande.

La réunion d’hier a rassemblé les professionnels de la filière viande, autour du ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, de son délégué à l’agroalimentaire Guillaume Garot, et du ministre de l’économie sociale et solidaire, Benoît Hamon. Celle-ci fait suite au scandale de la viande de cheval retrouvée dans des plats surgelés et aux discussions qui ont été organisées depuis.

Différentes mesures envisagées à l’échelle nationale et européenne

Sur le plan national, les objectifs ont été déterminés et devraient être mis en place prochainement. Dès l’automne 2013, un code des usages «relatif à la qualité de la viande utilisée dans les plats préparés» sera appliqué, ainsi qu’une nouvelle charte des contrôles. «Ce code stipulera le muscle qu’il faut et interdira qu’il y ai rajout de tendons ou de cartilage» dans le minerai de viande. L’origine des produits devrait être étiquetée et harmonisée pour une meilleure lisibilité de l’information. 

Dans le communiqué, les ministres affirment que «les enseignements de la crise concernant la viande de cheval ont été tirés et ont permis une mobilisation exemplaire».

Au niveau européen, il est principalement question de promouvoir l’idée d’un système commun pour la traçabilité et l’étiquetage de la viande, du début à la fin de la chaîne de la production. 

La fraude plus sévèrement punie

La nouvelle législation sur la consommation prévoit un durcissement des peines et des amendes pour fraude. Ainsi, «les sanctions applicables aux délits de tromperie et de falsification sont portées de 37 500€ à 300 000€». Si cela met en danger la «sécurité de l’homme ou de l’animal, la peine d’emprisonnement applicable (...) est portée de 4 à 5 ans et la peine d’amende de 75 000€ à 600 000€».

Le gouvernement attend maintenant, de savoir si nos voisins européens sont près à adopter ce type de système.

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

Nouveau concept pour Leonidas de Louviers

Nouveau concept pour Leonidas de Louviers

Le chocolatier belge Leonidas continue de promouvoir le nouveau concept de lenseigne.

  • Alimentation/Boisson
Une nouvelle boutique Kusmi Tea à Marseille

Une nouvelle boutique Kusmi Tea à Marseille

Forte de son savoir-faire et de sa créativité, la maison Kusmi Tea séduit les amateurs de thé depuis près de 150 ans.

  • Alimentation/Boisson
Sauver la barrière de Corail en buvant de la bière

Sauver la barrière de Corail en buvant de la bière

Pour permettre à tout un chacun de participer à la sauvegarde de la barrière de corail, la Good Beer Company lance la bière “Great Barrier Beer”, destinée à financer les programmes de protection de ce joyau du pacifique, plus que jamais menacé.

  • Écoresponsables
  • Alimentation/Boisson
L'Eau Vive, du petit magasin bio aux 50 points de vente

L'Eau Vive, du petit magasin bio aux 50 points de vente

L’Eau Vive est une enseigne spécialisée dans les produits biologiques dont le premier magasin a ouvert en 1979. Presque 40 ans plus tard, son réseau est composé de plus de 50 points de vente disséminés dans toute la France.

  • Concepts de magasins
  • Alimentation/Boisson
Après le scandale de la viande chevaline, la législation change