Botanic organise une opération de collecte des pesticides

Article publié le 23/03/2015 - Sports & Loisirs - Santé - Écoresponsables

botanic-passons-nous-pesticides Pour la 3e année, Botanic est partenaire de la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Dans le cadre de son opération Passons-nous des pesticides, les magasins de l'enseigne collectent les bidons de produits phytosanitaires pleins ou entamés.

Engagée dans la sensibilisation sur les dangers des produits phytosanitaires, l'enseigne de jardinerie Botanic a stoppé la commercialisation de pesticides et d'engrais chimiques de synthèse, dans la totalité de ses magasins depuis 2008. Réaffirmant son engagement, elle renouvelle son opération Passons-nous des pesticides pour la troisième année, en partenariat avec la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Ainsi, il sera possible de déposer les bidons de pesticides pleins ou entamés se trouvant dans sa remise et de se tourner vers une des alternatives existantes. Profitant de cette occasion, la chaîne offre un bon d'achat de 5 € à valoir dès 35 € d'achat sur sa gamme Jardin.

En seulement deux éditions, cette opération a permis de collecter plus de 9 tonnes de pesticides. Ceux-ci sont ensuite gérés par la société Clikeco se chargeant du tri et de l'acheminement vers des centres de traitement et de recyclage agréés, afin que les produits soient détruits de manière responsable.


« Passons-nous des pesticides » avec Botanic! par passonsnousdespesticides

Les pesticides interdits à partir de 2020

Organisée depuis 10 ans par l'association Générations Futures, la Semaine pour les alternatives aux pesticides met en lumière des centaines d'initiatives et de programmes de sensibilisation pour informer le grand public, et plus particulièrement les jardiniers amateurs. Grande championne des pesticides, la France en est le premier consommateur européen et le quatrième au niveau mondial. En 2013, Générations Futures avait déjà interpellée le gouvernement sur le cas de 40 pesticides interdits encore commercialisés dans l'Hexagone. Si 95% des produits phytosanitaires sont utilisés à des fins agricoles, les 17 millions de jardiniers amateurs en ont épandu pas moins de 4,5 millions dans leur potager et leurs parterres en 2012.

Ayant de graves conséquences sur l'environnement et sur la santé, aussi bien humaine qu'animal, ces produits sont voués à disparaître du marché dans les prochaines années. Afin de soutenir un changement de comportement chez les particuliers et dans l'espace public, l'utilisation et la détention de produits phytosanitaires seront interdits dès 2020. Encadrée par la loi Labbé votée en 2014, cette mesure prévoit un délai supplémentaire pour les particuliers qui devront dire adieu aux pesticides en 2022. En parallèle, des outils sont mis à disposition afin de comprendre les gestes à adopter pour remplacer l'utilisation de produits chimiques par des mécanismes naturels et de bio-contrôle.

* image extraite du site Botanic : https://www.botanic.com/jardinerie/passons-nous-des-pesticides

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2018-02-20 11:09:18
Wakey : une nouvelle boutique vegan, bio et naturelle à Nice
Les cosmétiques bio ont bien la cote ! Depuis quelques années, des boutiques commercialisant des produits de beauté bio, vegan et naturels fleurissent aux quatre coins de la France.
2018-02-14 10:29:17
Une première ouverture pour l’enseigne Fleurance Nature
L’enseigne Fleurance Nature, originaire du Gers, a procédé à l’ouverture d’une première boutique dans le 15ième arrondissement de Paris à la fin de décembre 2017.
2018-02-13 09:30:34
Leclerc se lance à son tour dans le bio
Le marché du bio en pleine expansion a incité Leclerc depuis quelques années déjà à proposer des produits de la gamme au sein de ses magasins.
2018-02-12 10:24:21
20 nouveaux clubs pour le réseau sportif Fitness Park
« Mieux vaut prévenir que guérir » voila une expression sur laquelle est basé le fondement du réseau sportif Fitness Park. À l'heure où l'on prône plus sur le côté préventif que curatif en soin de santé, les clubs de sport ne se désemplissent pas.
Enseignes en relation avec l'article