L’ANSES interdit la commercialisation de 40 pesticides. La Direction Générale de l’Alimentation fait la sourde oreille.

Article publié le 26/04/2013 - Santé - Écoresponsables

tracteur-aspergeant-vignes-engrais Générations Futures, une organisation non-gouvernementale, interpelle le ministère de l’agriculture afin de faire retirer 40 pesticides, mis sur le marché contre toutes les recommandations et les interdictions de l’Agence nationale de sécurité sanitaire.

Des avis émis et ignorés par la DGAL depuis 2008

La Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) est une institution nationale et européenne, travaillant à la réglementation du Codex Alimentarius, lié à l’agriculture et à l’alimentation.

Avant de pouvoir être mis à la vente et à la demande de la DGAL, les pesticides passent souvent une expertise menée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Cette dernière émet son avis sur les dangers de ce type de produits pouvant être nocifs pour l’homme et l’environnement, et donne son accord ou non pour la commercialisation. 

Mais il s’avère que depuis 2008, 40 pesticides ont été signalés par l’ANSES, comme ne pouvant pas être mis en vente ou à certaines conditions, et sont toujours en vente. Un rapport de l’organisation non-gouvernementale Générations Futures interpelle les autorités sur les défaillances de contrôle dans la mise en vente de ces produits dangereux. Certains sont même des produits destinés au jardin, donc aux particuliers (liste partiellement inclue dans le rapport). La DGAL semble passer outre ces recommandations pour l’introduction ou le renouvellement des autorisations de ces produits sur le marché. 

Génération Future s’appuie, entre autres, sur une copie d’une lettre de Marc Mortueux, directeur de l’ANSES, datant de l’été 2012 et adressée au Ministère de l’agriculture. Celle-ci «attire particulièrement l’attention de la DGAL sur certaines « anomalies » concernant un grand nombre d’Autorisations de mise sur le marché (AMM) de pesticides»

Plainte contre X pour mise en danger d’autrui

Dans son communiqué du 24 avril 2013, l’ONG demande entre autres au Ministre de l’agriculture, «la suspension ou le retrait immédiat» de tous les produits non-réglementés, la mise en place d’une liste informative et d’une commission d’enquête parlementaire. «Il en va de la protection des citoyens, des consommateurs, des agriculteurs et de l’environnement».

Générations Futures a d’ailleurs décidé «dans l’attente de mesures concrètes (...) de porter plainte contre X pour mise en danger d’autrui. D’autres recours seront aussi déposés pour carence fautive de l’Etat».

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans les mêmes catégories

2018-11-15 08:30:59
Finistère : le magasin Weldom fait un geste pour l'environnement
Le magasin Weldom de cette presqu'île du Finistère a mis la semaine de l'environnement à l'honneur. Cette grande surface de bricolage et de rénovation s'est en effet mobilisée pour valoriser l'action de la société MeGo.
2018-11-08 09:20:52
La Maison du Zéro Déchet ouvre ses portes à Paris
Qui n'a jamais rêvé de vivre dans un environnement sain, loin des déchets et de la pollution ? Chacun d'entre nous veut laisser un monde où notre génération future puisse profiter de ce que nous, nous avons.
2018-10-24 09:34:20
4 nouvelles ouvertures pour l'enseigne Plein Ciel
Plein Ciel est spécialisée dans la papeterie et les fournitures de bureau. Elle vous propose une large gamme de produits adaptés à vos besoins. L’enseigne s’est d’ailleurs démarquée par la qualité de ses articles, mais aussi de ses prestations.
2018-10-23 11:24:24
Bonduelle lance un concept store unique et végétal
Le jeudi 4 octobre 2018, Bonduelle a inauguré à Saint Priest un concept store original baptisé L’Émotion végétale. Coup de projecteur sur ce lieu qui bouscule les traditions de la consommation alimentaire.
2018-10-04 09:05:37
Marcel & Fils, la chaîne de magasins bio fête ses 10 ans !
Le grand-père au chapeau de paille fête ses 10 ans en cette fin 2018. Retour sur un pari réussi, qui a misé sur le bio local.