Ceci est un purificateur d’eau révolutionnaire

Ceci est un purificateur d’eau révolutionnaire


Article publié le lundi 29 août 2016

Santé

Dans certains pays, boire de l’eau présente des risques importants pour la santé. Pour les éliminer, il faut purifier l’eau avant, ce qui demande du temps et des dispositifs parfois onéreux. L’Universtité de Stanford a peut-être trouvé une solution.

Boire au robinet de la cuisine ou nager dans une rivière sont, pour nous, des gestes naturels et sans danger. Ce n’est malheureusement pas le cas pour 663 millions de personnes dans le monde selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui précise que "l’eau contaminée peut transmettre des maladies comme la diarrhée, la dysenterie, la typhoïde et la poliomyélite. On estime que l’eau de boisson contaminée est à l’origine chaque année de plus de 500 000 décès par diarrhée". Les maladies provoquées par une eau insalubre sont nombreuses et touchent plus particulièrement les enfants et les personnes âgées, moins résistantes aux infections.

Bien sûr des solutions sont mises en œuvre et des progrès sont faits chaque année. Mais la situation reste critique, princialement hors des zones citadines : les aménagements sont chers et la pénurie croissante de l’eau ne facilite pas les choses. Fournir de l’eau potable à chaque être humain, où qu’il soit sur la planète, est un défi à la fois considérable et essentiel qui fait l’objet de nombreuses recherches. C’est le cas à l’Université de Stanford, aux États-Unis, où des chercheurs ont développé un appareil qui pourrait avoir un impact extraordinaire. Il s’agit d’un minuscule dispositif qui décuple les effets naturels de l’énergie solaire sur la purification de l’eau.

99 % des bactéries éliminées en 20 minutes

La méthode SODIS (Solar Disinfection) est en effet couramment utilisée : il s’agit de laisser le soleil assainir l’eau contaminée en la stockant dans des bouteilles en PET* qui seront simplement exposées aux UVA et aux radiations infrarouges. Mais le processus nécessite 6 à 48 heures d’ensoleillement, selon les conditions météo. La découverte des chercheurs de Stanford peut être révolutionnaire puis qu’elle ramène ce délai à 20 minutes. Ce petit dispositif rectangulaire est recouvert de stries imperceptibles formées par du disulfure de molybdène, connu pour accélérer l’absorption de la lumière. Dessus, de fines couches de cuivre provoquent une réaction chimique qui produit du peroxyde d’hydrogène, un puissant désinfectant.

Plongé dans l’eau, les effets combinés de l’appareil éliminent 99 % des bactéries en moins de 20 minutes. Autre avantage qu’il ne faut pas négliger : il est peu cher et facile à fabriquer, qualités idéales pour une diffusion à grande échelle dans les pays en voie de développement. Mais ce petit rectangle magique n’a pour l’instant été testé que sur trois souches bactériennes mélangées à une quantité d’eau minime. Les chercheurs de Stanford vont donc mener des expériences hors laboratoire afin de couvrir un spectre plus important de germes, microbes et autres virus. Chong Liu, le principal acteur de cette découverte, a bien conscience d’avoir un enjeu capital sous son microscope.

* Polyethylene terephthalate , matériau plastique recyclable utilisé pour conditionner la plupart des boissons que l’on trouve dans le commerce.

Photos : Stanford University

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

Malboro se lance sur le marché de la cigarette électronique

Article publié le 14/05/2013

Malboro se lance sur le marché de la cigarette électronique

L’e-cigarette séduit de plus en plus de fumeurs, aussi bien pour le domaine de la santé que pour l’aspect financier. Bien que le nombre d’adeptes du concept est encore trop faible, le géant du tabac Altria se lance dans la course à l’électronique.

  • Santé
  • Tendances Commerciales
Éviter les intoxications alimentaires avec nEmesis

Article publié le 22/10/2013

Éviter les intoxications alimentaires avec nEmesis

Tomber malade après un dîner au restaurant est une nouvelle que l'on partage et les chercheurs de l'université de Rochester l'ont bien compris. Leur application nEmesis est donc capable d'analyser les tweets des clients pour lister les adresses à éviter.

  • Santé
  • Insolite
  • E-commerce
« Aujourd’hui Demain », premier concept store végane français !

Article publié le 22/03/2018

« Aujourd’hui Demain », premier concept store végane français !

C’est en 2015 que Raphaël Francisco et Cheyma Bourguiba s’unissent pour ouvrir, Aujourd'hui Demain, le premier concept store végane de France, grâce notamment à une campagne de crowdfunding lancée sur KissKissBankBank.

  • Santé
  • Mode
  • Alimentation/Boisson
  • Beauté
Crayola déconseille de se maquiller avec ses crayons

Article publié le 22/05/2015

Crayola déconseille de se maquiller avec ses crayons

Bon marché et souvent à portée de main, les crayons de cire sont devenus l'atout maquillage de beaucoup de blogueuses beauté. Face au phénomène, Crayola alarme les adolescentes sur les possibles répercutions pour la peau.

  • Santé
  • Beauté
Ceci est un purificateur d’eau révolutionnaire