Flow Hive : et le miel coule à flots

Flow Hive : et le miel coule à flots


Insolite Écoresponsables

Il est aujourd’hui possible de récolter du miel à la ruche aussi facilement que de le prélever dans un pot ou de le verser d’un flacon. Mais la ruche Flow Hive, idée géniale pour certains, remet aussi en cause certains points essentiels de l’apiculture.

La récolte de miel "à la source" se fait en plusieurs étapes bien spécifiques. En résumé, il s’agit d’enfumer les abeilles afin de pouvoir ouvrir la ruche et recueillir sans danger le miel contenu dans les alvéoles. C’est la principale intervention de l’apiculteur, celle qui prend le plus de temps et sans doute la plus délicate.

Recueillir le miel plus facilement, sans blesser les abeilles

Stuart Anderson et son fils Cedar ont toujours consommé le miel produit par leurs abeilles. Abeilles que Cedar s’en voulait de martyriser à chaque fois qu’il devait bouger les plaques de la ruche pour récupérer le miel. Les nombreuses piqûres et le travail fastidieux de la récolte ont achevé de le convaincre : il fallait réfléchir à une alternative plus simple.

Dix ans ont été nécessaires pour que Cedar et son père finalisent leur ruche nouvelle génération, baptisée Flow Hive. Hive veut dire "ruche" en anglais (les Anderson sont Autraliens), Flow évoquant ici le fait de s’écouler. Car son fonctionnement est finalement aussi évident qu’il a été long à mettre au point : c’est un simple robinet qui permet de récupérer le miel.

Pour cela, il a fallu repenser l’intérieur de la ruche : les plaques traditionnelles servant de support aux alvéoles fabriquées par les abeilles sont remplacées par des cadres sur lesquels des petits compartiments en plastique sont préformés. Les insectes achèvent la construction de ces petites cellules puis y déposent leur butin sucré. Lorsque les alvéoles sont pleines, il suffit de déclencher un mécanisme qui bascule les plaques et laisse s’écouler le miel par un robinet -en plastique également.

Une idée louable, mais à double-tranchant

L’invention des Anderson a provoqué une adhésion surprenante : ils ont choisi de financer leur projet sur la plateforme de crowdfunding Indiegogo, il y a plus d’un an. Ils ont atteint leur objectif de 70 000 $ en… 10 minutes. Leur gagnotte dépasse aujourd’hui les 12 millions de $. Trois modèles de ruches sont à ce jour en vente sur leur site internet, avec accessoires et équipement.

Cependant quelques puristes se désolent de cet engouement. Le site américain Honey Colony a d’ailleurs publié un long article détaillant les trois raisons de ne pas céder à la ruche magique Flow Hive. La première concerne le plastique utilisé pour les plaques. Contrairement à la cire d’abeille, le plastique ne vit pas, il ne réagit pas à la température, il ne filtre pas le miel. Et puis les abeilles n’aiment tout simplement pas ça.

La seconde raison évoquée par Maryam Henein est le manque d’interaction entre les abeilles et les humains : être apiculteur est un métier mais aussi une passion. L’apiculteur aime ses abeilles autant que leur miel. Pour finir, la journaliste semble passablement agacée par l’aspect "gadget pas donné" de cette ruche à robinet. Il faut en effet compter 699 $ (630 €) pour acquérir une Flow Hive, sachant qu’un modèle de base normal coûte moins d’une centaine d’euros.

 

Dans le contexte environnemental actuel, la disparition des abeilles est malheureusement une éventualité tangible. Si la ruche Flow Hive est controversée, elle n’en reste pas moins l’invention de passionnés. Alors qui sait, son côté fonctionnel fera peut-être naître des vocations.

Photos et vidéo : Flow Hive

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

Ségolène Royal bannit le Roundup Monsanto des jardineries

Ségolène Royal bannit le Roundup Monsanto des jardineries

Poussée par le rappel des échéances du plan Ecophyto, Ségolène Royal a annoncé l'encadrement de la vente des herbicides, dont le Roundup de Monsanto. Dans la bataille contre les pesticides, elle rêve aussi « qu'un jour, tous les vins soient bios ».

  • Santé
  • Écoresponsables
  • Déco / Maison
Les invendus de Rungis cuisinés par des chefs au Freegan Pony

Les invendus de Rungis cuisinés par des chefs au Freegan Pony

À la fois végétalien, freegan et alternatif, le Freegan Pony a tout d'un ovni dans le paysage de la restauration. Dans ce squat parisien de 500 m², des chefs cuisiniers transforment ainsi les invendus de Rungis en bons petits plats vendus à prix doux.

  • Insolite
  • Alimentation/Boisson
  • Circuits alternatifs
Babylon : la bière belge faite à partir de pain fermenté

Babylon : la bière belge faite à partir de pain fermenté

S'inscrivant dans l'économie circulaire, le Brussels Beer Project revient à des procédés de fabrication vieux de 6 000 ans pour brasser sa bière Babylon. En effet, celle-ci est conçue à partir de pains fermentés provenant des invendus des commerçants.

  • Insolite
  • Écoresponsables
  • Alimentation/Boisson
  • Circuits alternatifs
Moule Walker : un tout nouveau concept de Food truck !

Moule Walker : un tout nouveau concept de Food truck !

Le nouveau concept de restauration rapide spécialisé en moule-frite, Moule Walker, a fait ses débuts en 2015 à Caen, chef-lieu du Calvados, en Normandie.

  • Concepts de magasins
  • Insolite
  • Alimentation/Boisson
Flow Hive : et le miel coule à flots