La consommation collaborative séduit les français

La consommation collaborative séduit les français


Circuits alternatifs Tendances Commerciales

La multiplicité des solutions de covoiturage et la création croissante d’AMAP sont de bons exemples de l’engouement des français pour les pratiques de consommation collaborative. Pour les analyser un sondage IPSOS a été réalisé.

L’échange et la vente entre particuliers en première place

En janvier dernier, l’étude Ipsos «Les Français et les pratiques collaboratives» a été publiée en collaboration avec l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Les 4500, l’observatoire des modes de vie et de consommation, ont traité le sujet auprès de 4500 personnes âgées de 15 à 75 ans, afin de se baser sur des données concrètes.

On y découvre les 6 catégories de pratiques collaboratives les plus prisées des français : les achats groupés, la vente et l’échange de biens entre particuliers, la location de biens, le covoiturage et l’adhésion à une AMAP

Ainsi, on peut observer que la redistribution de biens à d’autres particuliers reste la pratique collaborative la plus répandue, avec 63% des pratiquants. Les 25-55 ans, en couple avec enfants sont les utilisateurs les plus courants. Quand aux adhésions à une AMAP, elles sont surreprésentées chez les femmes actives de 25-55 ans vivant en milieu urbain.

Un potentiel de croissance dans les prochaines années

En effet, les consommateurs sont de plus en plus soucieux de pérenniser leurs produits et de rentabiliser, si possible, leurs achats. L’argument écologique est indéniable et reste important dans les démarches collaboratives. «Dans leur nouvelle conception de la société de consommation, les consommateurs collaboratifs ont la volonté de reprendre le contrôle de la consommation». Ces solutions sont souvent synonymes de rencontre et découverte, des caractéristiques que les français sont de plus en plus nombreux à rechercher.

La constante croissance de ces modes de consommation se retrouvent dans les chiffres. Par exemple, les adhésions à une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ne représentent que 6% des pratiques collaboratives effectuées par les participants de l’étude. Toutefois, 38% des personnes interrogées se disent être potentiellement intéressées. De la même manière, la vente de produits entre particuliers via des sites d’annonces en ligne a déjà séduit 52% des français (21% d’individus intéressés). Aussi, les plateformes telles que Le Bon Coin ont encore de beaux jours devant elles.

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

Click and collect, magasin en ligne, les clients changent-ils leurs habitudes ?

Click and collect, magasin en ligne, les clients changent-ils leurs habitudes ?

Livraison à domicile et retrait en magasin, ancêtre du click and collect, ne datent pas d'hier. En France, la crise sanitaire a poussé de nombreux commerçants à s'y intéresser. Les périodes de confinement ont frappé durement les commerces et perturbé les clients.

  • Circuits alternatifs
  • Guides Shopping
Des valeurs nutritionnelles similaires entre premiers prix et grandes marques

Des valeurs nutritionnelles similaires entre premiers prix et grandes marques

Tordant le cou aux préjugés, l'étude menée par l'Observatoire de l'alimentation démontre que les produits premiers prix ou de marques distributeurs sont d'aussi bonne qualité que ceux des grandes marques, concernant leurs compositions nutritionnelles.

  • Santé
  • Alimentation/Boisson
  • Tendances Commerciales
La suppression de la DLUO sur les emballages votée au Sénat

La suppression de la DLUO sur les emballages votée au Sénat

Adoptée par le Sénat, la loi sur la transition énergétique devrait supprimer la date limite d'utilisation optimale (DLUO) des étiquettes. Créée pour réduire le gaspillage alimentaire, cette mesure pourrait toutefois embrouiller les consommateurs.

  • Écoresponsables
  • Alimentation/Boisson
  • Tendances Commerciales
Les achats de plus de 1 000 euros en espèces bientôt interdits

Les achats de plus de 1 000 euros en espèces bientôt interdits

Dès le 1er septembre 2015, certaines mesures du plan de lutte contre le financement du terrorisme entreront en vigueur. L'une d'elles modifie la réglementation des paiements en espèces et fait baisser le plafond maximal autorisé à 1 000 euros.

  • Tendances Commerciales
La consommation collaborative séduit les français