Les microbilles bientôt interdites dans les cosmétiques

Article publié le 02/09/2016 - Santé

Présentes dans la composition d’une longue liste de produits, les microbilles de plastique causent d’importants dégâts, notamment sur la faune aquatique. La loi Biodiversité vient d’en valider l’interdiction, applicable en 2018.

L’arrivée des microbilles dans l’industrie de la cosmétique a permis aux laboratoires d’élaborer des formules de gommages, shampoings et autres gels douche particulièrement douces au toucher, malgré leurs propriétés exfoliantes et désincrustantes. Rondes, parfaitement régulières, d’une taille allant de 0,1 mm à 0,15 mm, ces microbilles sont en effet très efficaces, mais elles ont un inconvénient majeur : composées de polyéthylène -on les appelle aussi micro-plastiques-, elles ne sont pas biodégradables et se révèlent être un danger aux multiples conséquences. On les retrouve souvent dans la catégorie des cosmétiques "rincés", dont l'utilisation implique en toute logique un rinçage. Par exemple, après avoir effectué un gommage du corps ou du visage, il faut enlever le surplus de produit à l’eau claire. Cette eau devenue usée va arriver jusqu’à la station d’épuration où elle sera filtrée. Mais...

De la salle de bain à notre assiette

Les microbilles passent au travers des filtres et vont se déverser par millions dans les océans. Résultat : elles peuvent véhiculer des microbes et surtout, elles sont ingérées par les poissons. Ces mêmes poissons que l’on retrouve dans nos assiettes. Les États-Unis ont déjà pris des mesures et l’utilisation des microbilles dans les produits rincés y sera interdite à partir de janvier 2017. Chez nous il faudra patienter un an de plus : la loi Biodiversité présentée au Parlement fin juillet vient d’être validée pour être effective en janvier 2018. Cependant la majorité des industriels a commencé à les remplacer par des alternatives d’origine naturelle (sucres, poudres minérales, noyaux de fruits broyés). En attendant, vous pouvez utiliser l’application Beat The Microbead pour vérifier la présence de microbilles dans vos soins d’hygiène et de beauté mais aussi dans vos produits ménagers.

Photo : Kunnskap / Wikimedia

 

Article rédigé par Cécile Lessard
Vous avez aimé ? PARTAGEZ :

Articles dans la même catégorie

2017-01-05 16:19:05
FysioPal, le vêtement qui veille à la posture de votre dos
Il y a longtemps, pour garder le dos bien droit, un exercice consistait à marcher avec des livres sur la tête. En 2017, la technologie remplace l'adresse et le sens de l'équilibre : le smart top FysioPal se mettra à vibrer si votre posture est incorrecte.
2017-01-04 11:31:34
Algama : le considérable potentiel alimentaire des microalgues
La population de la planète augmente et, avec elle, les besoins en alimentation. A l'inverse, les ressources de la Terre s'amenuisent. Sans parler de la dégradation de l'environnement. La start-up Algama voit pourtant notre salut dans les microalgues.
2016-12-28 14:23:04
La gueule de bois vue par Ford
En matière de sécurité routière, la fin de l'année est à la fois l'heure des bilans et une occasion supplémentaire de rappeler les mesures de précautions essentielles. Le constructeur automobile Ford y contribue largement, à sa façon.
2016-12-16 17:24:51
Bientôt en libre service, des casques de vélo en papier ?
Diplômée d’une école de design industriel à New York, Isis Shiffer a mis au point un casque de vélo pliable, en papier recyclé et recyclable. Il devrait sortir en 2017 et peut-être se démocratiser dans les stations de vélos en libre-service.