Le cartel du yaourt condamné à 192,7 millions d'euros d'amende


Article publié le mardi 17 mars 2015


Accusées d'entente sur les prix des produits laitiers vendus sous marques distributeurs entre 2006 et 2012, onze entreprises viennent d'être condamnées à des amendes s'élevant à un montant cumulé de 192,7 millions d'euros.

Surnommé le "cartel du yaourt", le groupement de onze entreprises du secteur laitier vient d'être sanctionné par l'Autorité de la concurrence. Accusées de s'être entendues sur le prix des produits laitiers vendus sous marques distributeurs (MDD), elles ont chacune écopée d'une amende dont le montant cumulé s'élève à 192,7 millions. 

Selon le communiqué de l'Autorité de la concurrence, ces sociétés et coopératives laitières se sont régulièrement réunies et téléphonées pour fixer les prix de vente destinés à leurs principaux clients : les grandes et moyennes surfaces (GMS). Ces groupes laitiers s'accordaient également sur le volume de vente accordés à chacun, selon la catégorie de produits. Le communiqué publie également des extraits du "carnet secret", dans lequel le représentant de Yoplait compilait les décisions des membres du cartel. Certaines décisions permettaient d'harmoniser le discours des producteurs pour leurs clients, à savoir les supermarchés.

"Les participants se sont mis d'accord sur l'origine des augmentations de coûts pouvant justifier la hausse auprès de leurs clients «  […] : "augmentation en lait et fromage, "accord sur les grands principes […] lait + 1,5% au trimestre => 3%", "sucre baisse des subventions + canicule", "augmentation des prix des fruits+canicule ". 

192,7 millions d'euros d'amende et 146 millions d'euros d'exonérations

Deux filiales du géant Lactalis, à l'origine des marques Président, Salakis, La Laitière, Bridel ou encore Lanquetot ont été sanctionnées pour un montant total de 60,1 millions d'euros. La société Novandie, appartenant au groupe Andros et produisant entre autres les produits laitiers Bonne Maman et Mamie Nova, a été écopée de 38,3 millions d'euros d'amende.

Toutefois, les onze membres du cartel des produits laitiers n'ont pas tous été condamnés de la même manière. En effet, Yoplait a bénéficié d'une exonération totale de son amende de 44,7 millions d'euros en étant le premier demandeur de clémence. Cette procédure permet à une société incriminée par l'Autorité de la concurrence de réduire ou supprimer la sanction en collaborant à l'enquête. Dans cette affaire, Yoplait a transmis des documents ayant permis de démanteler le cartel. De même, la coopérative Senagral détenue par Senoble et Agrial (Senoble, Oasis) a vu son amende passer de 101,3 à 46 millions d'euros.

* Tableau extrait du site de l'Autorité de la concurrence

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

Les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP)

Article publié le 22/04/2013

Les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP)

Consommer des produits frais cultivés près de chez soi a toujours été possible,. Mais depuis quelques décennies, la distribution directe a été court-circuitée. De leur côté, les AMAP aident au développement d‘une agriculture de proximité et solidaire.

Une nouvelle pâtisserie commercialise des fruits givrés

Article publié le 15/02/2019

Une nouvelle pâtisserie commercialise des fruits givrés

Les fruits givrés ont connu beaucoup de succès il y a un temps, avant de devenir ringards et de se faire détrôner par d’autres types de pâtisserie. La tendance vintage de ces derniers temps lui permet pourtant de faire un véritable retour en force.

Des frites à toute heure du jour et de la nuit

Article publié le 16/09/2015

Des frites à toute heure du jour et de la nuit

En test depuis le 8 septembre dans une université néerlandaise, le premier distributeur automatique de frites pourrait venir compléter la gamme de produits proposés dans les autres machines déjà installées dans les universités, les hôtels ou les gares.

Un magasin Picard ouvre ses portes à Maulette (Yvelines)

Article publié le 07/12/2018

Un magasin Picard ouvre ses portes à Maulette (Yvelines)

Le numéro 1 du surgelé en France poursuit son développement en intégrant le secteur de la franchise. Picard se lance effectivement depuis 2015 dans une politique de développement basée sur la création de franchise.

Le cartel du yaourt condamné à 192,7 millions d'euros d'amende