La SNCF s'inquiète de la concurrence et veut « doubler le nombre de petits prix »

La SNCF s'inquiète de la concurrence et veut « doubler le nombre de petits prix »


Services

Face à la concurrence des vols low-cost, du covoiturage et de l'autopartage, la SNCF engage une nouvelle stratégie commerciale. Après l'achat du site 123envoiture.com, la société a affirmé vouloir doubler le nombre de billets à prix réduits.

Vers une offre ferroviaire low-cost ?

La SNCF fait face à une concurrence rude sur le marché des transports. En effet, de nombreuses alternatives telles que l'autopartage, le covoiturage ou les voyages low-cost en avion, se sont fait une place en grignotant sur ses plate-bandes. Dans son discours de présentation du projet « Excellence 2020 » à ses collaborateurs, le président de la SNCF Guillaume Petit a précisé vouloir « simplifier les prix pour donner à comparer ». De même, la société des chemins de fer souhaite « doubler le nombre de petits prix en produisant moins cher » comme cela a déjà été fait avec Ouigo, son offre low-cost lancée en avril 2013.

Souffrant de l'utilisation de solutions alternatives par les voyageurs et les entreprises, la société adopte de nouvelles solutions, en prenant conscience du poids de ses adversaires dans le secteur des transports alternatifs. « Savez-vous que Blablacar, le leader européen du covoiturage (…) fait aujourd'hui chaque mois 600 000 voyageurs ? C'est déjà plus de 5% du nombre de trajets vendus par SNCF Voyages ! Et qu'Avis a racheté pour 500 millions de dollars le leader européen de la voiture partagée ? Voilà nos nouveaux concurrents » précisait le PDG à ses managers. Aussi, la société a racheté la totalité des parts du site de covoiturage 123envoiture.com, il y a quelques semaines. De même, elle a placé ses pions dans le domaine des transports publics avec sa filiale Keolis.

Jouer la carte de l'environnement

Une autre stratégie du groupe s'axe sur les facteurs et le volume des émissions à effet de serre, produites par les différents types de transport. Selon un rapport du ministère de l'environnement, 36,5% des émissions de CO2 et 27,3% des émissions de gaz à effet de serre sont dues au secteur des transports. Ainsi un communiqué de la société met en lumière le faible impact du train, en comparaison aux autres modes de transport. Selon ce dernier, les trajets en voiture représentent 76 % des parts de marché et représentent 87,6% des émissions de CO2. En comparaison, 11% des voyageurs français empruntent le train, dont les émissions s'élèvent à 1,4%.

Article rédigé par La Rédaction Au-Magasin.fr

Articles dans la même catégorie

Le skateboard motorisé WalkCar entend révolutionner les déplacements

Le skateboard motorisé WalkCar entend révolutionner les déplacements

Ce n'est pas un skateboard, ni un segway, ni une trottinette. WalkCar ressemble beaucoup plus à un mini-ordinateur à roulettes complètement motorisé, permettant de se déplacer en ville avec un véhicule transportable dans son sac.

  • High-Tech
  • Services
Guy Hoquet va ouvrir 5 nouvelles agences

Guy Hoquet va ouvrir 5 nouvelles agences

Le réseau Guy Hoquet, figurant parmi les entreprises majeures œuvrant dans l’immobilier en France, poursuit la mise en place de son plan de développement commercial avec l’annonce survenue à la mi-janvier 2018 de cinq nouvelles franchises.

  • Services
Une petite pause au bar à sieste

Une petite pause au bar à sieste

De nombreuses études démontrent que quelques minutes de sommeil permettent de recouvrer la concentration nécessaire au travail. Déjà présent au Japon ou Etats-Unis, le bar à sieste arrive en France à petits pas.

  • Concepts de magasins
  • Santé
  • Insolite
  • Services
Au pays de la Fiat, les vélos sont rois

Au pays de la Fiat, les vélos sont rois

Depuis 2011, les italiens délaissent peu à peu la voiture et investissent dans les bicyclettes. D’ailleurs, le volume des ventes de vélos a largement dépassé celui du secteur automobile. Un système comparable au Velib’ est même en test à Milan.

  • Sports & Loisirs
  • Services
La SNCF s'inquiète de la concurrence et veut « doubler le nombre de petits prix »